Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des sièges plus légers pour des avions plus écologiques

Un financement de l’UE a aidé une jeune entreprise slovène à développer des sièges, des lits et des oreillers d’avions plus confortables. Ces innovations permettent également de réduire les émissions de CO2.

Transports et Mobilité

Les passagers et le personnel navigant pourraient bientôt voler plus confortablement et avec une empreinte carbone réduite, grâce au projet européen ACME. Le projet a aidé la start-up slovène Vanema à concevoir et à tester de nouveaux sièges, lits et oreillers d’avions 30 % plus légers que ceux du marché, ce qui signifie que les avions auraient besoin de moins de carburant, ce qui est plus appréciable pour l’environnement. «Chaque petite économie de poids permet de réduire les émissions et d’améliorer l’efficacité», a indiqué Sandi Cesko, président de Vanema. Au cours des deux années du projet ACME, Vanema a collaboré avec le constructeur aéronautique Airbus, le fabricant de sièges d’avions STELIA Aerospace et une filiale de la société autrichienne BOXMARK Leather, afin de développer un siège de classe économique pesant jusqu’à 300 g de moins que les sièges existants, un siège de classe affaire 800 g plus léger, un siège de première classe 1,5 kg plus léger ainsi que des matelas de cabine d’équipage allégés de 3 kg. Les développeurs d’ACME ont calculé que le remplacement des coussins de siège d’un seul avion permettrait d’économiser 32 tonnes de poids et 1 500 litres de carburant, soit 46 tonnes d’émissions de CO2 en moins par avion et par an. «Imaginez la différence nous pourrions faire si seulement une douzaine d’avions étaient équipés de notre technologie», a déclaré Sandi Cesko. Les sièges d’avion de Sandi Cesko utilisent une technologie de matelas innovante appelée Octaspring, une fusion de ressorts et de mousse, pour laquelle il a acheté le brevet du concepteur belge Willy Poppe en 2011. La société Studio Moderna de Sandi Cesko a intégré cette technologie à ses matelas DORMEO, qui sont maintenant vendus dans plus de 40 pays. Vanema utilise un processus manuel et fastidieux pour placer individuellement des ressorts dans ses sièges et ses matelas, mais son coût reste compétitif car il utilise la moitié de la mousse nécessaire à la technologie ordinaire. Asseyez-vous et détendez-vous réellement Les ressorts créent davantage de soutien aux parties du corps qui en ont besoin, et la structure de l’Octaspring offre une ventilation huit fois plus grande, ce qui rend le matériau plus frais. «Nos études sur le sommeil montrent qu’il existe une différence de température moyenne allant jusqu’à trois degrés, ce qui permet un sommeil plus rapide, plus profond et plus long», a déclaré Sandi Cesko. Il a créé la start-up ACME pour tenter d’introduire la combinaison mousse/ressorts dans le secteur de l’aviation. L’obtention d’un financement européen pour le projet ACME était cruciale pour mener à bien la R&D nécessaire pour pénétrer un nouveau marché. «Les coûts d’entrée dans cette industrie sont prohibitifs», a déclaré Sandi Cesko. Outre le développement de produits, il existe des coûts de certification. «L’expertise de nos partenaires dans le secteur aéronautique nous a permis de mettre fin à des années d’essais et d’erreur et de créer des produits déjà acceptés de manière positive par plusieurs fabricants d’équipements et compagnies aériennes», a déclaré Sandi Cesko. Airbus a aidé Vanema à adapter sa technologie Octaspring aux normes du secteur du transport aérien ainsi qu’à optimiser le confort et l’ergonomie des sièges. Au cours du projet ACME, Vanema a procédé à la certification complète d’un coussin de siège de classe affaire développé avec STELIA Aerospace et termine actuellement la certification d’un siège de classe économique. La société est en cours de négociation avec deux fabricants qui souhaitent ajouter les produits ACME à leur catalogue et avec des compagnies aériennes intéressées par le réaménagement de leurs avions. Elle est également en train de terminer un test à grande échelle sur 15 000 coussins auprès des consommateurs. Pour l’instant, 78 % d’entre eux ont trouvé les sièges plus confortables. «Le confort a été négligé par de nombreuses compagnies aériennes. Nous avons l’intention de changer cela», a déclaré Sandi Cesko.

Mots‑clés

ACME, Octaspring, émissions de CO2, matelas, DORMEO, mousse, bilan carbone, aviation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application