Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un agent réactif en spray qui aide à identifier les délinquants sexuels

Une initiative de recherche financée par l’UE a mis au point un nouveau test pour détecter les taches de sperme et servir de preuve dans le cadre de poursuites pour agression sexuelle.

Société
Sécurité

Les techniques d’enquête sur les scènes de crime (SCI pour crime scene investigation) doivent permettre d’identifier rapidement, précisément et sans destruction un vaste échantillon de preuves, et notamment des taches invisibles provoquées par des fluides corporels. Dans les cas d’agression sexuelle, il est particulièrement important d’être capable de détecter les taches de sperme qui non seulement constituent une preuve de l’agression mais sont également susceptibles de contenir un échantillon de l’ADN de l’assaillant. Le projet Sex-Assault-ID répond à ce besoin grâce à un test d’identification du sperme qui permet de prouver l’agression sexuelle via la détection et le prélèvement d’ADN. Ce test, qui implique le recours à un réactif biologique permettant de cartographier les taches de liquide séminal, devrait rapidement faire partie de la boîte à outil des techniciens spécialisés en scènes de crime (CST pour crime scene technician). Une molécule ultra-spécifique qui ne réagit qu’en présence des enzymes contenues dans le sperme humain est à la base de cette technologie. «Cela fonctionne parce que la combinaison entre l’enzyme cible et la molécule choisie résiste extrêmement bien aux conditions de sécheresse et de température extérieures», explique le coordinateur du projet, le Dr Benjamin Corgier. Des résultats améliorés Le réactif se présente sous la forme d’une poudre soluble qui produit une solution prête à l’emploi. Une fois la solution pulvérisée sur les matériaux suspects comme les tapis, les canapés, la literie ou les sièges de voiture, une lampe à ultraviolets portative révèle la présence de sperme en moins d’une minute. Les échantillons prélevés peuvent ensuite être analysés par les CST pour obtenir un profil ADN. «Les principaux résultats obtenus sont les premiers tests positifs réalisés sur des matériaux où les taches de sperme n’avaient jamais été aussi spécifiquement identifiées par d’autres techniques de détection, comme sur de l’herbe, de la pierre, et sur les éléments en plastique de l’intérieur des voitures», explique le Dr Corgier. Le principal enjeu auquel Sex-Assault-ID s’est trouvé confronté consistait à faire sortir le concept de l’étape des tests en laboratoire pour passer à sa commercialisation. Il fallait pour cela disposer d’une poudre sèche stable qui permette la détection spécifique de la phosphatase prostatique acide contenue dans le liquide séminal. D’autre part, elle ne devait modifier ni l’ADN ni l’échantillon prélevé, tout en respectant les standards de production ordinaires. Un intérêt international Les chercheurs ont testé et validé en laboratoire la formule du spray de détection de sperme et ont montré qu’elle était compatible avec l’échantillonnage et le profilage ADN. Un plan d’affaires a également été établi pour répondre à la demande en Europe, en Amérique du Nord et dans le reste du monde, et les fournisseurs clés ont été identifiés. Enfin, un modèle de coût, de tarification et de rentabilité a également été établi. Le produit intéresse déjà un grand nombre de pays, dont la Chine, la France, l’Allemagne, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Suède, le Royaume-Uni et les États-Unis. Sex-Assault-ID est parvenu à mettre au point un réactif stable et simple à utiliser sous la forme d’un spray qui remplacera les produits toxiques employés jusqu’ici et réduira le temps de détection, au bénéfice des utilisateurs. Le système judiciaire et la société dans son ensemble tireront également parti de l’amélioration de plus de 50 % de la précision et de la fréquence des prélèvements d’ADN dans les cas de poursuites pour agression sexuelle. Par ailleurs, la solution Sex-Assault-ID contribuera à élucider les affaires plus efficacement et à poursuivre les assaillants en justice plus rapidement et avant qu’ils ne récidivent, réduisant ainsi la fréquence des violences d’ordre sexuel. «Le recours systématique à ce spray améliorera la collecte de preuve, les procédures d’enquête et le système judiciaire, et permettra de réduire les coûts directs et indirects pour toutes les parties prenantes», conclut le Dr Corgier.

Mots‑clés

Sex-Assault-ID, ADN, spray, preuve, agent réactif, tache de sperme, police scientifique, scène de crime

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application