Skip to main content

Improved diagnosis of Gyrodactylus parasites infecting aquacultured species.

Article Category

Article available in the folowing languages:

Sauver le saumon européen d'un parasite, le Gyrodactylus

Le saumon est à la fois un régal gastronomique pour de nombreux européens et une ressource économique capitale pour de nombreuses économies européennes. Le parasite Gyrodactylus les menace aussi dangereusement l'un que l'autre, car il peut décimer des populations entières de saumons et ainsi porter un coup fatal aux économies. Pour faire face à cette menace, un groupe de spécialistes écossais, norvégiens et danois a étudié la séquence d'ADN du parasite pour pouvoir procéder à un test diagnostique plus efficace.

Santé

Le Gyrodactylus salaris est un parasite extrêmement dangereux pour de nombreuses espèces de salmonidés. Il se nourrit de la peau et du mucus de son hôte et est à l'origine d'une destruction quasi-totale des jeunes saumons des rivières de Norvège infectées. Dans les rivières très touchées par cet agent pathogène, la population de saumons a été anéantie. De plus, le Gyrodactylus salaris est responsable d'une baisse de 25% des prises norvégiennes de saumons sauvages. Il représente également un danger extrême pour les autres familles de saumons européens. La pêche du saumon revêt une importance économique significative dans des pays tels que le Royaume-Uni, la Finlande et la Russie, rendant d'autant plus importante l'identification de l'infection par le Gyrodactylus en Europe. C'est pourquoi il est indispensable, tant du point de vue écologique qu'économique, de mettre en place un cadre scientifique pratique pour la détection du Gyrodactylus en Europe. C'est dans ce contexte que le groupe de spécialistes a développé une méthode de diagnostic du Gyrodactylus basée sur des examens d'ADN moléculaires, plus fiables et précis que les techniques traditionnelles de diagnostic. En fait, les séquences d'ADN des diverses espèces de Gyrodactylus présentent des différences et des similitudes pouvant être mises en évidence et confrontées afin d'élaborer des tests diagnostiques plus précis. Les tests génétiques sont bien plus spécifiques que les tests microscopiques. Ces spécialistes de la recherche ont identifié et décrit des séquences de la partie variable V4 du gène d'ARN ribosomal (ARNr) de la petite sous-unité, à savoir la séquence interne transcrite ARNr (ITS) et la séquence intergénique (IGS). Ils ont ensuite pu identifier les différences entre les espèces Gyrodactylus (y compris l'espèce G. salaris et d'autres apparentées) après avoir procédé à une digestion de la séquence ITS amplifiée par une enzyme de restriction. Les chercheurs ont également mis en évidence les diverses caractéristiques des espèces G. salaris, G. thymalli et d'autres espèces par examen de la séquence IGS. De plus, un examen des différences dans les séquences ITS et IGS a permis de conclure que ces variations n'avaient aucune influence significative sur l'utilisation de ces zones du génome pour identifier les espèces et les souches examinées. Le Gyrodactylus est un agent pathogène représentant une terrible menace pour la survie du saumon en Europe de sorte qu'il est essentiel que les méthodes de test diagnostique soient améliorées. La recherche génétique effectuée par ce groupe sur le parasite constitue une base solide pour l'élaboration de techniques et de structures diagnostiques spécifiques.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application