Skip to main content

INtegrated HEart Research In TrANslational genetics of dilated Cardiomyopathies in Europe

Article Category

Article available in the folowing languages:

La cardiomyopathie dilatée: des perspectives à l'échelle moléculaire

La cardiomyopathie dilatée idiopathique (CDI) est une maladie génétique héréditaire. La plupart des patients ignorent le risque et dès lors ne se soumettent pas aux tests génétiques.

Santé

La CDI est une maladie du muscle cardiaque qui peut s'avérer fatale. Elle se distingue par une dilatation ventriculaire et une dysfonction systolique. La maladie touche un adulte sur 2 500 et représente l'une des causes principales d'insuffisance cardiaque. La CDI est la cardiomyopathie la plus répandue chez les enfants. Elle indique d'ailleurs la nécessité d'une transplantation cardiaque chez les adolescents et les adultes. Le diagnostic et le traitement actuel de la CDI reposent uniquement sur le phénotype clinique et ne tiennent pas compte de la variable génétique de la maladie. C'est la raison pour laquelle, les chercheurs du projet INHERITANCE (Integrated heart research in translational genetics of dilated cardiomyopathies in Europe), financé par l'UE, ont tenté de caractériser la base génétique de la CDI et établir une corrélation avec les données phénotypiques. Ils ont ainsi étudié des patients frappés de laminopathies, une sous-catégorie de CDI provoquée par des mutations du gène codant pour la protéine de l'enveloppe nucléaire lamine AC (LMNA). Chez ces patients, la maladie est due à une insuffisance haploïde provoquant une expression inférieure dans un cœur touché. Un phénotypage rigoureux a favorisé le développement de modèles prédictifs permettant d'isoler les patients pouvant profiter d'un traitement rapide. Globalement, les données génotypiques et phénotypiques des cardiomyopathies ont été intégrées à un nouveau système de classement disponible gratuitement ici. Les études d'association génomique et les modèles animaux ont permis au groupe de chercheurs d'isoler de nouvelles séquences, des gènes candidats et des mécanismes pathophysiologiques des problèmes du myocarde. Par ailleurs, ils ont repéré et caractérisé une forme auriculaire de la CDI provoquée par des mutations homozygotes du gène NPPA. Le séquençage génétique à haut débit réalisé dans différents centres européens a permis la création d'un recueil des mutations qui pourrait s'avérer utile pour établir les corrélations entre les gènes et les phénotypes. Le grand nombre de variantes potentiellement pathogènes a mis en exergue la structure génétique complexe de la CDI et la nécessité d'études complémentaires. De plus, les observations de l'étude INHERITANCE ont souligné l'importance des tests génétiques préliminaires pour un diagnostic efficace de la CDI.

Mots‑clés

Cardiomyopathie dilatée idiopathique, tests génétiques, LMNA, NPPA

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application