Skip to main content

Mechanisms of stem cell proliferation and senescence in the aged and damaged mouse brain

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les cellules souches vieillissantes et la neurodégénérescence

Avec l'âge, la capacité régénérative du cerveau adulte est limitée et baisse. Un projet à financement européen se penche sur les mécanismes de changements liés à la vieillesse dans les cellules souches cérébrales.

Santé

Le dégât cérébral et la neurodégénérescence sont les principales causes de mortalité et de morbidité. Une production continue de neurones par les cellules souches neurales est nécessaire pour réparer la neurodégénérescence, mais cette capacité est réduite dans les cellules souches plus âgées. Comprendre les mécanismes qui contrôlent la prolifération des cellules souches et la sénescence est prioritaire si l'on veut développer des thérapies à base de cellules souches. Le project AGING STEM CELLS (Mechanisms of stem cell proliferation and senescence in the aged and damaged mouse brain), financé par l'UE, s'est penché sur ces mécanismes liés à la sénescence. Il se concentrait sur les processus d'un cerveau vieillissant ou lésé impliquant l'histone H2AX. La prolifération des cellules souches neurales diminuant avec l'âge, l'érosion de télomère cumulative active les protéines de réponse de lésion de l'ADN, dont H2AX. Les chercheurs ont montré que H2AX a un effet protecteur sur la maintenance du nombre de cellules souches pendant la vie. Ainsi, le nombre de cellules souches a été réduit dans les cerveaux des vieux animaux dépourvus de H2AX comparé aux souris de type sauvage du même âge. Les preuves supplémentaires découlaient du fait que les souris dépourvues de H2AX présentaient une mémoire olfactive défectueuse. Outre les modèles animaux, AGING STEM CELLS a généré des cultures de fibroblastes embryonnaires primaires provenant de souris mutantes H2AX. À l'aide de la culture primaire, les scientifiques ont étudié l'importance des mutations simples pour la prolifération des cellules, la croissance de la population et la progression du cycle cellulaire. Le projet s'est également intéressé à la protection d'AVC. AGING STEM CELLS s'est penché sur le potentiel des récepteurs GABAA (les canaux d'ions répondant à l'acide aminobutyrique de neurotransmetteur gamma) pour la régénération de la cellule cérébrale. À cette fin, les scientifiques ont étudié si la bicuculline antagoniste de récepteur GABAA pourrait affecter le résultat neuronal dans un modèle d'attaque murine. Ils ont découvert que le traitement à la bicuculline conduisait en effet à un nombre accru de neurones immatures sur la lésion sept semaines après l'AVC. C'est pourquoi, le barrage à temps des récepteurs GABAA peut être bénéfique lors de l'étape de rétablissement suite à un AVC. Comprendre le déclin neurogénique lié à l'âge et étudier les possibilités de stimuler la neurogenèse peut ouvrir la voie à de nouvelles stratégies adéquates cliniques quant à la lésion cérébrale et la neurodégénérescence.

Mots‑clés

Vieillissement, cellules souches, neurodégénérescence, sénescence, dégât cérébral, attaque cardiaque

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application