Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Des scientifiques terminent un voyage en bateau solaire pour découvrir le plus ancien site habité d'Europe

Une mission archéologique en Grèce a découvert des traces de ce qui pourrait être le plus ancien habitat d'Europe. La mission a été conduite à bord de PlanetSolar, le plus grand navire solaire.

Depuis que l'homme a construit son premier navire, l'exploration offshore a été l'une des méthodes les plus fructueuses pour en apprendre davantage sur notre monde. Et ceci ne s'est pas arrêté avec l'âge des grandes explorations. Aujourd'hui, les scientifiques se rendent partout dans le monde pour étudier des écosystèmes, surveiller l'évolution du climat, trouver de nouvelles espèces ou faire des découvertes archéologiques de grande ampleur. On peut cependant se demander si ce genre d'activité ne contribue pas à endommager l'environnement. C'est sur ce point qu'intervient l'expédition TerraSubmersa. Lancée le 11 août et terminée hier, la mission était organisée conjointement par l'École suisse d'archéologie et par le ministère grec de la culture. Elle visait à découvrir ce qui pourrait être le plus ancien site habité de Grèce et d'Europe. L'équipe cherchait un site préhistorique submergé dans le golfe Argolique, près de la grotte de Franchthi. Cette région est connue pour avoir hébergé les premiers Européens, du Paléolithique au Néolithique. «Cette grotte a été habitée en continu pendant environ 35.000 ans ... et nous avons de bonnes raisons de croire que vers la fin du Néolithique, les habitants se sont déplacés sur un site proche, aujourd'hui englouti», déclarait à l'AFP Julien Beck, chercheur à l'université de Genève. Mais cet objectif archéologique ambitieux n'est pas le seul point qui distingue la mission TerraSubmersa. Pour arriver à leurs fins, les scientifiques se sont embarqués sur le PlanetSolar, un catamaran qui est le plus grand navire solaire au monde. L'expédition voulait ainsi démontrer que la recherche scientifique en mer pouvait se faire sans aucune pollution. PlanetSolar dispose de 512 mètres carrés de panneaux solaires qui alimentent six blocs de batteries lithium-ion. Il peut ainsi fonctionner uniquement à l'énergie solaire, et naviguer jusqu'à 72 heures dans l'obscurité totale. Et si le nom de «PlanetSolar» vous parle, c'est parce que ce navire a été le premier à boucler un tour du monde en fonctionnant uniquement à l'énergie solaire, en 2012. «TerraSubmersa, qui est l'apogée de notre saison 2014, est certainement le plus fascinant [de nos voyages]. Une navigation de la plus haute précision, l'excitation de la découverte… et le tout dans le cadre magnifique du golfe Argolique», déclarait au début du voyage Gérard d'Aboville, le capitaine du navire. La mission était divisée en deux phases. La première a consisté à présenter le travail des archéologues au public et aux autorités locales, via une série d'évènements organisés à Érétrie, à Athènes et à Nauplie. La seconde était réservée à la recherche archéologique, et l'équipe est extrêmement satisfaite des résultats. «Nous avons recueilli des données fantastiques, dont l'analyse demandera deux années de travail, déclarait Julien Beck dans le journal de bord officiel de PlanetSolar. En cartographiant les fonds marins, l'équipe a découvert des paléorivages remontant à plusieurs périodes de la préhistoire. Selon les scientifiques, tous les signes concordent pour affirmer que ces rivages ont été façonnés par les habitants de la grotte de Franchthi, dans laquelle ont été découverts des coquilles et des restes de poissons. Le navire et l'équipage se dirigent actuellement vers Venise. Ils devraient jeter l'ancre dans la cité des Doges le 4 septembre.Pour plus d'informations, veuillez consulter: Site web de PlanetSolar http://www.planetsolar.org/ Page web de TerraSubmersa http://www.unige.ch/terrasubmersa/fr/

Pays

Grèce