Skip to main content

European clinical study for the application of regenerative heart valves

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des implants de valves cardiaques innovants

La transplantation de valve cardiaque est la norme de référence pour le traitement des maladies valvulaires cardiaques. Une nouvelle méthode qui élimine les matières biologiques de la valve promet de réduire les effets indésirables associés à la réactivité immunitaire.

Recherche fondamentale
Santé

Actuellement, les maladies valvulaires cardiaques (MVC) représentent la principale cause de décès dans l'UE. Les MVC touchent le cœur et les vaisseaux sanguins, ce qui conduit à une hypertension artérielle, une coronaropathie, une valvulopathie cardiaque et des AVC. En ce qui concerne la valvulopathie, les principales causes comprennent des cardiopathies congénitales qui apparaissent chez un nouveau-né sur 100 au sein de l'UE. L'approche de la transplantation de valve cardiaque souffre de problèmes tels que l'immunogénicité, la dégénérescence des transplantations biologiques et un risque élevé de coagulation dans le cas des valves mécaniques. Pour traiter ces problèmes, le projet ESPOIR (European clinical study for the application of regenerative heart valves), financé par l'UE, a mis au point une technologie prometteuse pour décellulariser les valves cardiaques humaines avant implantation. La logique de cette approche est que la valve cardiaque implantée est moins immunogène car elle contient moins d'antigènes. Cela favorise également la recellularisation par les cellules réceptrices. Les implants dérivés des valves cardiaques humaines données sont traités chimiquement tout d'abord pour inactiver les micro-organismes adhérents et ensuite supprimer les cellules. Seul reste le tissu conjonctif dans la matrice de la valve cardiaque, il est stable et peut être stocké et expédié. L'implant a été testé de manière intensive chez les animaux et après une analyse immunologique et toxicologique, il s'est avéré qu'il était bien toléré et regénéré par les cellules réceptrices. Pendant la durée du projet ESPOIR, plus de 120 patients en Europe ont été inscrits dans l'essai clinique prospectif contrôlé dans sept centres cliniques pour recevoir des valves cardiaques décellularisées. Des valves cardiaques traitées ont été implantées à l'aide de procédures chirurgicales standard sans effet indésirable lié à la stabilité mécanique de la structure de la matrice décellularisée. Les résultats des valves cardiaques décellularisées utilisées pour le remplacement des valves pulmonaires ont été impressionnants: 99 % des personnes qui ont reçu des valves cardiaques sans cellules n'ont pas eu besoin de chirurgie de suivi jusqu'à présent. La décellularisation de la valve cardiaque peut maintenant être fournie par l'un des partenaires ESPOIR à toute banque tissulaire intéressée ou à tout hôpital répondant aux directives européennes sur les dons de tissus. Dans l'ensemble, le projet a traduit avec succès la valve cardiaque régénératrice innovante en une thérapie clinique généralisée pour les cardiopathies congénitales. Ce qui est important, c'est que l'approche peut être étendue pour traiter le nombre croissant de patients nécessitant un remplacement valvulaire aortique.

Mots‑clés

Valve cardiaque, transplantation, congénital, ESPOIR, valve cardiaque décellularisée

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application