Skip to main content

Beta-cell function in juvenile diabetes and obesity

Article Category

Article available in the folowing languages:

Le diabète ou l'obésité infantile: lequel vient en premier?

Le diabète sucré de type 2 (DST2) est de plus en plus fréquent chez les enfants en raison d'une augmentation concomitante de l'obésité. Une meilleure compréhension de l'interaction entre les deux maladies permettrait de développer les interventions thérapeutiques nécessaires.

Santé

Le DST2 est une maladie métabolique selon laquelle l'organisme ne parvient pas à produire ou à utiliser l'insuline de manière efficace. Des taux d'insuline élevés stimulent le stockage et non la dépense énergétique, aussi les personnes ayant des réactions aiguës à l'insuline courent le risque de devenir obèses et de développer un diabète sucré de type 2. Afin de déterminer si un taux d'insuline élevé est un phénomène qui dicte les risques d'obésité, le projet BETA-JUDO («Beta-cell function in juvenile diabetes and obesity») a adopté une approche translationnelle. En rassemblant des chercheurs et des cliniciens de toute l'Europe, le projet espère répondre à d'importantes questions concernant les taux élevés d'insuline chez les jeunes obèses. Le projet cherche également à élucider les facteurs de prédisposition génétique en plus du développement d'interventions pharmacologiques. Les scientifiques effectuent des tests oraux de tolérance au glucose chez les enfants obèses et de poids normal pour caractériser la sécrétion d'insuline. L'analyse génétique vise à identifier les gènes potentiellement associés aux caractéristiques d'insuline chez les enfants obèses. Lorsque les enfants obèses avec des taux d'insuline élevés ont été suivis, une réduction du taux d'insuline a été observée. Certains de ces enfants ont développé du DT2. Une partie considérable des travaux de BETA-JUDO s'est concentrée sur les mécanismes moléculaires responsables de l'hypersécrétion d'insuline par les îlots pancréatiques. Un modèle in vitro pour l'hypersécrétion d'insuline, où les cellules d'îlots pancréatiques sont cultivées, a été établi et les partenaires effectuent des évaluations de plusieurs médicaments qui pourraient normaliser le phénotype anormal. Les caractéristiques associées à l'hypersécrétion d'insuline sont également évaluées, comme les taux d'acides gras en circulation, ainsi que les adipocytes bruns et blancs. Dans l'ensemble, l'étude BETA-JUDO génèrera d'importantes connaissances sur l'association entre l'hypersécrétion d'insuline et l'obésité infantile. Les activités devraient contribuer à réduire les taux d'obésité en Europe en sensibilisant davantage le public sur le terrible sort des enfants souffrant d'obésité infantile et l'importance des stratégies d'intervention.

Mots‑clés

Diabète sucré de type 2, obésité, métabolisme, insuline, hypersécrétion, phénotype, acides gras

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application

Progrès scientifiques
Santé

20 Septembre 2021