Skip to main content

TOWARDS THE ESTABLISHMENT OF A FRAMEWORK IN MALARIA BETWEEN THE AMRN AND EVIMALAR

Article Category

Article available in the folowing languages:

Intégrer la recherche sur le paludisme au niveau global

Le paludisme est une maladie parasitaire répandue transmise par un moustique qui tue des millions de personnes. Comme il n'existe pas de vaccin efficace et que la résistance aux médicaments augmente, il devient impératif d'intégrer la recherche sur le paludisme au niveau international pour trouver des solutions innovantes.

Santé

Financé par l'UE, le projet OZMALNET (Towards the establishment of a framework in malaria between the AMRN and EVIMALAR) a mis en place un réseau d'excellence - l'institut virtuel européen pour la recherche sur le paludisme (EVIMALAR, European Virtual Institute for Malaria Research). Le réseau australien de recherche sur le paludisme (AMRN) a fourni un financement pour ses chercheurs à l'étranger par le biais de l'initiative OZEMALAR de coopération entre l'Australie et l'Europe dans le domaine de la recherche sur le paludisme. Ensemble, les initiatives EVIMALAR et AMRN ont facilité la coopération en matière de recherche sur le paludisme par la création de réseaux et l'échange de personnels entre instituts australiens et européens. Le réseau EVIMALAR a créé un lien juridique entre les deux régions pour permettre le financement réciproque et l'échange de chercheurs en début de carrière via OZMALNET et OZEMALAR. De nombreux échanges ESR entre les instituts de recherche éminents australiens et européens sur le paludisme ont pu être accomplis. Ces chercheurs en début de carrière ont effectué une recherche de pointe et appris de nouvelles techniques qui leur seront également utiles dans des entreprises de recherche futures. L'échange de parasites du paludisme et de résultats d'expérience entre l'Europe et l'Australie devrait permettre une meilleure intégration de la recherche et faciliter les échanges de savoir. Les parasites du paludisme sous la forme de mérozoïtes pénètrent le flux sanguin du foie des hôtes humains et envahissent les globules rouges. Un chercheur en début de carrière d'un institut européen a utilisé la nouvelle méthode de purification des mérozoïtes d'un laboratoire australien. L'imagerie de mérozoïtes purifiés devrait offrir une meilleure vision de la pathogenèse de cette maladie. Par ailleurs, d'autres échanges de chercheurs en début de carrière ont eu lieu et les chercheurs ont appris diverses techniques et méthodes biochimiques dont l'analyse métabolomique. La caractérisation de protéines importantes telles que les PfGEXP et la coronine dans le parasite du paludisme ouvre de nouvelles pistes de recherche pour le développement de traitements et de vaccins. Les activités du projet ont renforcé les réseaux de recherche et les liens entre l'Australie et l'Europe. Cela devrait promouvoir encore plus les collaborations en matière de recherche et stimuler les carrières des chercheurs en début de carrière, tout en facilitant l'échange de connaissances et un effort mondial de recherche plus coordonné envers le parasite mortel. Les initiatives de recherche intégrées pourraient aboutir en particulier au développement de nouveaux médicaments et de vaccins antipaludéens, ainsi qu'à d'autres mesures de contrôle.

Mots‑clés

Recherche sur le paludisme, OZMALNET, EVIMALAR, OZEMALAR, échange d'ESR, purification de mérozoïte, vaccin

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application