Skip to main content

Protection of European seas and borders through the intelligent use of surveillance

Article Category

Article available in the folowing languages:

Améliorer la surveillance des frontières maritimes

Une équipe de l'UE a mis au point des améliorations des systèmes de surveillance des frontières maritimes. Son travail unifie les systèmes nationaux européens, améliorant la détection automatisée de comportements anormaux ou suspects de navires, ainsi que la détection des menaces.

Économie numérique

L'Europe doit se protéger contre les déplacements illicites de biens et de personnes, ce qui implique une surveillance continue des frontières maritimes. De tels systèmes existent déjà, mais ils bénéficieraient certainement d'autres capacités comme la détection et l'analyse automatisées. Avec le financement de l'UE, le projet PERSEUS (Protection of European seas and borders through the intelligent use of surveillance) a développé et présenté un système de surveillance adapté. Le projet a combiné des systèmes nationaux existants et des plateformes proposant de nouvelles capacités dépassant les prévisions 2013 du Système européen de surveillance des frontières extérieures (Eurosur). Le système garantit une meilleure détection et identification des petits navires et avions suspects et une meilleure détection automatisée des gabarits de vaisseaux anormaux. En outre, des capacités de meilleure évaluation et de suivi de la menace peuvent générer une image commune de la situation. Les membres du consortium (29 au total) ont élaboré un ensemble de recommandations et de nouvelles normes opérationnelles, soutenant un réseau créé par National Contact Centres, Frontex et l'Agence européenne pour la sécurité maritime (AESM). L'assistance est fournie par l'échange transnational d'informations utiles, de procédures associées et de mécanismes et par la facilitation de la création d'une plateforme de partage d'informations communes. Les chercheurs ont démontré et validé leurs recommandations via une série d'exercices, en mettant en œuvre des missions de contrôle du trafic de drogue et de l'immigration illégale et via une surveillance continue. Les efforts du projet garantissent l'accès privilégié des utilisateurs finaux aux systèmes de surveillance existants, optimisant la couverture de la zone d'intérêt. Les utilisateurs peuvent donc évaluer si les recommandations sont en phase avec leurs besoins. Un mécanisme d'évolution a été inclus dans les travaux du projet pour agrandir la base utilisateur et intégrer les technologies émergentes pendant sa durée de vie. Pour atteindre les objectifs du projet, les chercheurs ont développé de nouveaux Centres de commande et de contrôle, adaptant les systèmes hérités et les plateformes existantes améliorées. Ils ont analysé plus de 40 technologies différentes associées à la surveillance maritime. Les membres de l'équipe ont esquissé d'importantes recommandations sur le cadre légal et politique des technologies de surveillance et associées proposées, établissant des liens avec d'autres organismes du septième programme-cadre (7e PC), en particulier ceux associés au contrôle des frontières. Le système PERSEUS devrait fédérer et améliorer le contrôle et la surveillance des frontières maritimes de l'Europe. En outre, il a contribué à la mise en place de la troisième phase d'EUROSUR.

Mots‑clés

Maritime, surveillance des frontières, détection automatisée, mouvements illégaux, PERSEUS

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application