Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La Commission en tête de l'action pour un usage plus sûr de l'Internet

Une série de recommandations politiques, parmi lesquelles le recours à la recherche dans le cadre du prochain 6ème PCRD, ont été faites par la Commission européenne afin de rendre plus sûr l'usage de l'Internet. Dans une nouvelle communication, la Commission aborde les probl...

Une série de recommandations politiques, parmi lesquelles le recours à la recherche dans le cadre du prochain 6ème PCRD, ont été faites par la Commission européenne afin de rendre plus sûr l'usage de l'Internet. Dans une nouvelle communication, la Commission aborde les problèmes soulevés lors du Conseil européen de Stockholm, les 23 et 24 mars, lequel s'est terminé sur la conclusion suivante: "le Conseil, en concertation avec la Commission, mettra au point une vaste stratégie en matière de sécurité des réseaux électroniques, prévoyant des mesures de mise en oeuvre pratique. Cette stratégie devrait être prête à temps pour le Conseil européen de Göteborg". L'un des principaux thèmes abordés dans la communication est la nécessité d'arrêter des mesures politiques visant à "renforcer le processus de marché tout en améliorant le fonctionnement du cadre juridique". S'attaquer au cybercrime et au piratage informatique, travailler à la sécurité des réseaux et de l'information ainsi qu'à la protection des données sont quelques-unes des principales initiatives proposées dans la communication. Commentaires du Commissaire européen en charge des Entreprises et de la Société de l'information, Erkki Liikanen: "L'Internet est devenu un réseau véritablement mondial. Son ouverture a été à l'origine de son succès. Mais cette ouverture comporte également certains risques et c'est pourquoi il nous faut développer, au niveau européen, une stratégie qui nous permettra de faire face aux menaces existantes et à venir contre la sécurité." Parmi les mesures spécifiques énumérées, une prise de conscience accrue des problèmes en cause devrait non seulement permettre au public d'acquérir une meilleure connaissance du sujet mais aussi lui faire prendre conscience des meilleures pratiques pour les aborder. Par exemple, l'un des problèmes déjà rencontrés réside dans le fait que le codage n'est valable que si l'émetteur et le récepteur utilisent le même logiciel. Plus d'informations sont nécessaires sur la configuration optimale d'un logiciel standard anti-virus et anti-piratage. Pour répondre à ce problème, la Commission procède à l'inventaire des mesures nationales prises en application de la législation communautaire. Les Etats membres seront encouragés à favoriser la libre circulation de produits de codage et la Commission proposera une législation sur le cybercrime. En ce qui concerne le soutien technologique, la communication précise que les actions prévues par le prochain Sixième programme-cadre en matière de sécurité de l'Internet seront déterminantes et déboucheront sur une stratégie plus vaste permettant d'assurer une meilleure sécurité des réseaux et de l'information. L'usage de l'Internet par les gouvernements devra être renforcé, selon la communication. Les gouvernements des Etats membres devront introduire les signatures électroniques pour leurs offres de services publics et intégrer des solutions de sécurité interopérationnelles. La Commission agira de même avec ses systèmes et travaillera à renforcer les liens avec d'autres organisations internationales en matière de sécurité des réseaux et de l'information. L'interopérabilité est l'un des principaux sujets abordés par la communication, qui encourage les organismes européens de normalisation à accélérer leurs travaux sur l'interopérabilité et établit que la Commission déterminera la nécessité d'une initiative légale sur la reconnaissance mutuelle des certificats. Enfin, la communication appelle les Etats membres à renforcer leurs équipes d'intervention informatique d'urgence et à assurer une meilleure communication entre elles. La prochaine étape pour les propositions contenues dans la communication étant leur discussion dans les Etats membres et au Parlement européen, il est demandé aux professionnels et aux utilisateurs de transmettre leurs commentaires (à l'adresse e-mail ci-dessous) pour la fin août 2001.