Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La FES recommande la recherche sur les cellules souches et le clonage thérapeutique

La Fondation européenne de la Science (FES) a publié une note d'orientation dans laquelle elle préconise les études des cellules souches provenant d'embryons et d'adultes et le clonage thérapeutique, à l'exclusion du clonage reproductif. Elle y énumère dix recommandations, pa...

La Fondation européenne de la Science (FES) a publié une note d'orientation dans laquelle elle préconise les études des cellules souches provenant d'embryons et d'adultes et le clonage thérapeutique, à l'exclusion du clonage reproductif. Elle y énumère dix recommandations, par lesquelles elle tente de s'attaquer à la fois aux problèmes scientifiques et aux problèmes d'éthique. "Les connaissances scientifiques sur les cellules souches humaines étant encore à leur stade précoce, nous estimons qu'il est essentiel, au jour d'aujourd'hui, d'autoriser les études des cellules souches provenant d'embryons, de tissus foetaux et d'adultes, afin de déterminer le potentiel des différents types de cellules", écrit Enric Banda, Secrétaire général de la FES. Il ajoute cependant que l'élaboration d'une législation, visant à garantir la réglementation et le contrôle de telles recherches, est essentielle. Selon la description faite dans le document, les différences de législation entre les pays constituent "une source d'inquiétude" et il est recommandé de "mettre en place des mesures appropriées le plus tôt possible". Et d'ajouter dans les recommandations, que "lorsque des thérapies issues de l'étude des cellules souches humaines seront mises au point, les patients de tous les pays souhaiteront en bénéficier. La FES recommande que les pays européens tiennent compte de cette réalité en développant leur cadre législatif pour ce type de recherche." L'étude des embryons chimériques, embryons créés par la fusion d'un noyau d'une espèce mammifère avec un ovocyte d'une autre espèce, doit être limitée aux espèces non humaines, où cela peut être justifiable du point de vue de l'éthique, comme dans le cas des espèces menacées, recommande la FES. Soulevant le problème du financement, la FES souligne que les organismes publics doivent mettre des fonds suffisants à disposition de la communauté scientifique non commerciale, afin de garder le pas avec le développement dans le secteur commercial. Enfin, la FES reconnaît que la réglementation et la législation auront sans cesse besoin d'être révisées pour tenir compte des avancées scientifiques. La FES s'engage à veiller à ce que le document soit régulièrement mis à jour afin qu'il traduise l'évolution scientifique et réglementaire.