Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'amélioration de la sécurité au travail passe par un accroissement de la recherche

En 1996, plus de 5 500 personnes sont décédées suite à un accident de travail en Europe. Quatre travailleurs sur cent ont été impliqués dans un accident de travail cette même année. Ces chiffres, rapportés par l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, ont se...

En 1996, plus de 5 500 personnes sont décédées suite à un accident de travail en Europe. Quatre travailleurs sur cent ont été impliqués dans un accident de travail cette même année. Ces chiffres, rapportés par l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, ont servi de toile de fond à un colloque consacré à la dimension européenne de l'amélioration de la santé et de la sécurité au travail. Le colloque a permis de constater qu'il n'y a pas de projets spécifiques de recherche sur la santé et la sécurité dans le contexte des divers programmes-cadres de recherche et développement de l'UE. Les participants ont également mis en lumière la nécessité d'une identification précoce des risques émergents. Au Royaume-Uni, le Health and Safety executive (HSE, Office de la santé et de la sécurité) a entrepris sa propre étude des tendances technologiques afin d'examiner quelle sera leur incidence probable sur la santé et la sécurité. Ces nouvelles tendances potentielles sont présentées sur le site Internet du HSE. Toutefois, les risques traditionnels comme les nouveaux risques méritent une attention permanente. Le secteur du bâtiment reste toujours le lieu de travail le plus dangereux, et un plus grand nombre d'accidents se produit dans les petites et moyennes entreprises (PME), simplement parce que ce secteur emploie la majorité de la population active. Le secteur des PME est aussi le moins en mesure de mettre en oeuvre des actions "top down" de santé et sécurité. Le vieillissement de la main d'oeuvre entraîne des problèmes particuliers. A l'heure actuelle, 36 pour cent seulement des 55-64 ans sont salariés, contre 68 pour cent pour les 15-64 ans, mais il est probable que cette proportion va augmenter. Cela aura une incidence sur les pratiques "normales" de travail impliquant un effort physique. Le colloque a permis d'examiner des méthodes susceptibles d'améliorer les statistiques de la santé et de la sécurité. Certes, la législation et sa mise en application ont un rôle à jouer, mais la stratégie la plus efficace semble avoir été expérimentée en Suède. Depuis 1974, les travailleurs y sont encouragés à participer à la prévention des accidents en devenant représentants régionaux de sécurité. Ces salariés inspectent les conditions de travail dans les PME et promeuvent des actions locales de prévention des risques. Les études montrent que ce système fournit un meilleur soutien aux PME et donne de meilleurs résultats que ceux produits par les inspecteurs du travail. Au cours des discussions, des avis et des études de cas pertinents ont fréquemment été cités à l'appui de l'argument selon lequel, sans principes de base fondés sur l'expérience et sans forum d'échange d'informations sur les meilleures pratiques, il est peu probable que la situation s'améliore. C'est justement la raison pour laquelle l'Agence européenne pour la sécurité et la santé a été créée.