Skip to main content
European Commission logo print header

Extending the Needs-Based Model of Reconciliation to ambivalent contexts: The emotional needs of adversaries who simultaneously serve as both victims and perpetrators

Article Category

Article available in the following languages:

La réconciliation en réponse aux besoins psychologiques

Une initiative financée par l'UE cherchait comment promouvoir la réconciliation dans divers contextes de conflits interpersonnels et entre groupes.

Technologies industrielles icon Technologies industrielles

La réconciliation constitue le processus de rétablissement de relations harmonieuses, utilisé pour soigner les blessures émotionnelles et psychologiques. Dans une tentative d'identifier les moyens d'éradiquer les obstacles émotionnels aux relations harmonieuses entre victimes et bourreaux, un modèle de réconciliation basé sur les besoins (NBMR) a été développé. Avec ce modèle, les victimes peuvent retrouver un sentiment de pouvoir agir et les agresseurs ont une opportunité de reconstruire leur identité morale. Jusqu'à présent, la portée du modèle a été limitée car il se concentre sur des contextes bien établis des rôles de victime et de bourreau. Le projet NBMR AND AMBIVALENCE (Extending the needs-based model of reconciliation to ambivalent contexts: The emotional needs of adversaries who simultaneously serve as both victims and perpetrators) a pour objectif de surmonter cette limitation. Il visait notamment à identifier les besoins émotionnels des adversaires et à développer des modes d'intervention pour surmonter les obstacles psychologiques à la réconciliation. Les besoins psychologiques et les comportements de ceux qui sont à la fois victimes et bourreaux ont constitué le sujet du premier ensemble d'études. L'étude des transgressions interpersonnelles et entre groupes a montré que les personnes qui sont à la fois victimes et bourreaux ont des besoins plus importants en matière de reprise de pouvoir et d'acceptation. Cependant, leur besoin de pouvoir aboutit à un comportement plus antisocial et vengeur, tandis que leur besoin d'acceptation ne leur permet pas de développer un comportement davantage prosocial. Ce modèle de comportement aboutit souvent à ce que l'on appelle la «concurrence victimaire», une expression qui décrit les efforts de chacune des parties en conflit pour établir que ce sont elles qui ont souffert de la plus grande injustice. Les étapes suivantes de ce projet incluaient l'examen de l'efficacité des stratégies visant à restaurer le sentiment de pouvoir agir de ces personnes qui sont à la fois victimes et bourreaux. Une série d'études centrées sur les conflits interpersonnels et entre groupes a montré que l'affirmation du pouvoir d'agir de ces dernières transformait avec succès leurs tendances à détruire les relations en tendances plus constructives. Globalement, le travail peut contribuer à la compréhension des besoins psychologiques de parties en conflit et de la manière dont ils se traduisent en comportements antisociaux ou prosociaux. De plus, il identifie des stratégies qui peuvent permettre de sortir du cercle vicieux des transgressions mutuelles et de la concurrence sur le statut de victime par la bienveillance et les comportements prosociaux.

Mots‑clés

Réconciliation, conflits interpersonnels et entre groupes, blessures émotionnelles et psychologiques, barrières émotionnelles, besoins émotionnels

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application