Skip to main content

Indigenous Heritage, Rock Art, and Cultural Identity in Post-colonial Nations

Article Category

Article available in the folowing languages:

Renforcer l'identité et la cohésion sociales grâce à l'art rupestre

Une étude a montré l'importance des peintures et gravures rupestres, qui peuvent ouvrir une fenêtre sur le mode de vie des chasseurs-cueilleurs. Ces travaux peuvent contribuer à préserver un élément essentiel du patrimoine visuel et des systèmes de connaissance des autochtones.

Société

Les recherches sur l'art rupestre sont de plus en plus considérées comme une discipline importante. Néanmoins, il existe toujours de fortes traditions et frontières régionales et nationales qui compliquent souvent la tâche des projets de recherche interdisciplinaires et internationaux. ROCKART (Indigenous heritage, rock art, and cultural identity in post-colonial nations), un projet financé par l'UE, a montré comment est utilisé l'art rupestre et comment il influence les processus de formation de l'identité dans trois nations postcoloniales: l'Australie, l'Afrique du Sud et les États-Unis. Ce travail comportait une collaboration avec des spécialistes de la conservation et des chercheurs en sciences sociales (archéologues, anthropologues, historiens, historiens de l'art, gestionnaires du patrimoine). Il a également impliqué la combinaison de perspectives autochtones et touristiques contemporaines. Dans ces trois pays postcoloniaux, ROCKART s'est intéressé à l'utilisation des motifs rupestres indigènes dans des contextes courants: dans les armoiries nationales, sur les pièces de monnaie, dans les logos des sports olympiques, dans les œuvres d'art moderne, et dans d'autres contextes sociopolitiques et commerciaux (par exemple, les T-shirts, les mugs, les logos des casinos autochtones / tribaux). Les chercheurs ont utilisé des notions théoriques provenant de l'archéologie, de l'anthropologie, de l'histoire de l'art, des études autochtones, de l'analyse de la propriété intellectuelle et des études sur le patrimoine visuel. Ils ont cherché à comprendre ce que l'art rupestre signifie pour les populations contemporaines (à la fois autochtones et non autochtones), comment les gens l'utilisent aujourd'hui, et comment ces compréhensions et utilisations varient d'une nation postcoloniale à l'autre. Ils ont déterminé qu'une gestion appropriée des sites rupestres fragiles dans les parcs nationaux et d'État peut changer les choses, car elle remet en question les idées préconçues sur l'art rupestre et les populations indigènes qui l'ont pratiqué. L'analyse de données ethnographiques et archéologiques a produit des résultats probants et des suggestions pratiques concernant la formation de l'identité et la présentation de l'art rupestre autochtone. Ces résultats sont applicables aux sites d'art rupestre publics du monde entier, y compris en Europe. En outre, de nouvelles interactions et collaborations à l'intérieur et en dehors de l'Europe ont été mises en place, et ROCKART a contribué à exploiter ce potentiel pour générer des revenus et créer des emplois dans des zones rurales pauvres.

Mots‑clés

Identité sociale, art rupestre, ROCKART, patrimoine autochtone, identité culturelle, postcolonial

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application