Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Résultats peu concluants pour les plus grands essais de culture GM jamais réalisés

Les évaluations agricoles de cultures génétiquement modifiées (GM) menées au Royaume-Uni, la plus grande étude en son genre à ce jour, n'ont pas permis de conclure si cette technologie est meilleure ou moins bonne pour l'environnement. Les résultats, publiés le 16 octobre, fo...

Les évaluations agricoles de cultures génétiquement modifiées (GM) menées au Royaume-Uni, la plus grande étude en son genre à ce jour, n'ont pas permis de conclure si cette technologie est meilleure ou moins bonne pour l'environnement. Les résultats, publiés le 16 octobre, font apparaître que les variétés traditionnelles de betterave et de colza sont plus favorables à la faune que leurs équivalents GM résistants aux herbicides, mais que le maïs GM semble moins dommageable à de nombreuses espèces de la faune que le maïs traditionnel. Les Firbank, responsable de l'équipe qui a effectué les évaluations sur le terrain, a déclaré: "Les résultats sont bien entendu importants pour le débat sur une éventuelle commercialisation de céréales GM. Ils nous procurent toutefois également de nouvelles perspectives, qui nous aideront à préserver la biodiversité à l'intérieur de systèmes agricoles productifs." Aussi bien les partisans que les adversaires des produits GM ont invoqué au Royaume-Uni ces résultats apparemment contradictoires à l'appui de leur position. CropGen, un groupe qui fait campagne pour l'introduction de l'agriculture GM au Royaume-Uni, a affirmé dans un communiqué: "Aujourd'hui est une date historique pour l'agriculture britannique. Les implications des évaluations sur le terrain sont claires: le maïs GM est bon pour les agriculteurs et meilleur pour la biodiversité, et il est prêt pour la culture commerciale." Parallèlement, Doug Parr, directeur scientifique de Greenpeace au Royaume-Uni, a indiqué: "Ces essais (.) montrent clairement que les avantages supposés de l'utilisation de semences [génétiquement modifiées] n'existent pas." Dans le cas de la betterave et du colza, les essais ont attesté de plus grands nombres d'abeilles et de papillons dans les cultures traditionnelles et aux alentours de celles-ci en raison de la présence de plantes adventices plus nombreuses, dans lesquelles ils trouvent leur nourriture et un abri. Les champs traditionnels comptent en outre davantage de graines de plantes adventices, qui représentent une source d'alimentation essentielle pour certains oiseaux. La situation inverse a été constatée dans le cas du maïs, où les abeilles et les papillons se sont avérés plus nombreux dans la variété GM résistante aux herbicides, de même que les plantes adventices et leurs graines. Les conclusions de l'étude doivent à présent être communiquées au comité consultatif britannique sur les disséminations dans l'environnement, qui les analysera et transmettra ses conseils au gouvernement britannique. Par ailleurs, Monsanto, l'entreprise la plus étroitement liée à la technologie GM, a annoncé le 15 octobre la décision inattendue qu'elle se retirait du marché européen des semences de céréales. L'entreprise a ajouté qu'elle a l'intention de vendre ses centres d'élaboration de céréales au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en République tchèque.

Articles connexes