Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les MPE demandent un plan d'action en matière d'entrepreneuriat pour la fin de l'année

Le 23 octobre, le Parlement européen a adopté un rapport sur le thème de l'entrepreneuriat en Europe, rédigé à l'initiative personnelle du MEP allemand Werner Langen. Dans sa résolution, le Parlement appelle la Commission à produire pour la fin de l'année un plan d'action en m...

Le 23 octobre, le Parlement européen a adopté un rapport sur le thème de l'entrepreneuriat en Europe, rédigé à l'initiative personnelle du MEP allemand Werner Langen. Dans sa résolution, le Parlement appelle la Commission à produire pour la fin de l'année un plan d'action en matière d'entrepreneuriat qui tienne compte des propositions avancées lors du débat public sur le Livre vert. Lancé en janvier, le Livre vert sur l'esprit d'entreprise analyse comment les Etats membres, les pays candidats et la Commission mettent en oeuvre les principes de la Charte européenne des petites entreprises. Y sont également énumérées les mesures nécessaires à la mise en place d'un environnement favorable à la création et au développement d'entreprises, à savoir: une approche coordonnée de la politique d'entreprise basée sur l'apprentissage des meilleures pratiques et trois axes majeurs d'action en vue de l'élimination des obstacles au développement des entreprises et de la promotion d'une société qui valorise l'esprit d'entreprise. Dans son rapport, le Parlement qualifie le Livre vert de "point de départ réussi" pour le débat sur les politiques d'entreprise aux niveaux européen et national, et note qu'il constitue un élément important dans la réalisation de l'objectif que s'est fixé l'Europe de devenir l'économie de la connaissance la plus compétitive du monde d'ici 2010. Le Parlement félicite également la Commission pour la durée et l'exhaustivité de sa consultation publique pendant et après l'élaboration du Livre vert, et souligne la réponse constructive reçue de parties prenantes les plus diverses, tant en termes quantitatifs que qualitatifs. Toutefois, de l'avis des MPE, le Livre vert n'intègre qu'une partie des recommandations de la Charte des petites entreprises. En outre, ils regrettent que le document ne traite presque exclusivement que des jeunes pousses et des entreprises à haut niveau de croissance, et ce au détriment des entreprises des secteurs traditionnels d'activités, des entreprises artisanales et familiales. Les micro-entreprises et les entreprises artisanales représentent plus de 90 pour cent des entreprises européennes et sont une source d'emploi et d'innovation. Elles contribuent donc activement, de l'avis des MPE, à la réalisation des objectifs de Lisbonne. "Etant donné leur rôle majeur pour la stabilité du tissu socio-économique et l'emploi, et vu les risques considérables qu'il leur faut prendre pour créer et développer une activité économique, ces entrepreneurs méritent que la Commission leur accorde une attention toute particulière", ajoutent les MPE. Dans ce contexte, les MPE rappellent à la Commission qu'il est bon de "voir d'abord petit" et lui demandent de tenir dûment compte des dix lignes d'action définies dans la Charte européenne des petites entreprises lors de l'élaboration de son plan d'action. Par ailleurs, les MPE encouragent la Commission à maintenir une approche ouverte et consultative durant l'élaboration du plan d'action afin de bénéficier de l'apport précieux des petites et moyennes entreprises (PME) et autres parties prenantes. Les autres considérations reprises dans le rapport portent, pour le court terme, sur la nécessité de veiller au maintien d'un taux élevé d'exécution budgétaire pour la réalisation des objectifs de Lisbonne - notamment par la prise de mesures en faveur des petites entreprises. Sur le long terme, des mesures visant à promouvoir l'entrepreneuriat et à soutenir les PME devraient figurer en tête de l'agenda des discussions relatives au prochain cadre financier de l'UE, estiment les MPE.