Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un rapport de l'OEB met en lumière le piètre usage qui est fait par les sociétés européennes des informations sur les brevets

D'après les auteurs d'un nouveau rapport de l'Office européen des brevets (OEB), la plupart des sociétés européennes n'ont pas conscience du potentiel offert par les informations sur les brevets, négligeant ainsi une source appréciable dans le domaine de la veille économique e...

D'après les auteurs d'un nouveau rapport de l'Office européen des brevets (OEB), la plupart des sociétés européennes n'ont pas conscience du potentiel offert par les informations sur les brevets, négligeant ainsi une source appréciable dans le domaine de la veille économique et de l'innovation. L'OEB a commandé une étude portant sur 1 904 entreprises, 443 avocats spécialisés dans le droit des brevets et 29 universités dans 30 pays européens afin d'avoir une meilleure vue d'ensemble des utilisateurs actuels et potentiels d'informations sur les brevets. L'Office espère tirer parti des conclusions de l'étude pour développer une nouvelle génération de services conviviaux d'information sur les brevets. Selon certaines estimations, jusqu'à 80 pour cent de toutes les connaissances appliquées existant dans le domaine technique sont contenues dans les documents relevant des brevets et ne sont pas accessibles ailleurs. L'OEB qualifie les bases de données, les CD et les DVD contenant des informations sur les brevets de "sources exceptionnelles de données techniques et de supports sans précédent pour la veille économique". Les auteurs du rapport mettent néanmoins en lumière que la plupart des sociétés, et notamment les PME [petites et moyennes entreprises] n'ont pas idée des avantages offerts par les informations sur les brevets. Pourtant, la quasi majorité des sociétés impliquées dans l'étude en question ont exprimé le souhait d'obtenir plus de renseignements sur l'innovation et les marchés qu'elles n'en obtiennent à l'heure actuelle. Par ailleurs, le rapport révèle que la situation sur le plan européen est loin d'être harmonieuse. De manière générale, il semblerait en effet que l'accès aux informations sur les brevets soit plus aisé en Europe du Nord et de l'Ouest qu'en Europe de l'Est et du Sud, à quelques exceptions près: des sociétés implantées en République tchèque, en Hongrie, en Slovénie et en Slovaquie jouissent d'un bon accès alors que des entreprises en Suède et au Liechtenstein connaissent des problèmes à ce niveau. Le profil type d'une société susceptible d'exploiter les informations sur les brevets est celui d'une organisation d'envergure axée sur l'innovation et comptant des départements distincts dont le travail se concentre sur les questions relatives aux brevets et aux droits de propriété intellectuelle. Selon le rapport, de telles sociétés sont majoritairement situées dans des pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas, la Finlande, la France, le Royaume-Uni, la Suisse, la Belgique, l'Autriche et le Danemark. Un fournisseur d'informations tel que l'OEB doit relever un défi de taille, à savoir proposer des services conviviaux. D'après les auteurs de l'étude, nombre d'entreprises, et principalement les PME, ne font pas usage d'informations sur les brevets car elles sont découragées par le manque d'accessibilité, les difficultés rencontrées au moment de les utiliser et le coût élevé. Parmi les entreprises sondées, nombre d'entre elles ont évoqué la nécessité d'une aide en vue de l'accès à des informations sur les brevets. Selon l'OEB, les offices de brevets nationaux seraient les plus à même de fournir cette aide. Enfin, alors que la plupart des sociétés ont cité Internet en tant que moyen privilégié pour accéder à des informations sur les brevets, les auteurs du rapport remarquent que dans les pays où l'infrastructure d'innovation est la plus avancée, les entreprises utilisent également d'autres sources: des organisations professionnelles, des fournisseurs commerciaux ou encore des conférences. C'est pourquoi ils recommandent aux fournisseurs d'informations de ne pas concentrer tous leurs efforts sur Internet et de créer plusieurs canaux de diffusion de l'information.