Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le tableau de bord de l'innovation 2003: un bémol aux espoirs d'une amélioration rapide des performances de l'UE

Selon les nouveaux chiffres figurant dans le tableau de bord de l'innovation de la Commission européenne pour 2003, l'écart d'innovation existant entre l'UE et les Etats-Unis ne pourra être comblé avant 2010 si les actuels taux de progression se maintiennent. Publié le 27 no...

Selon les nouveaux chiffres figurant dans le tableau de bord de l'innovation de la Commission européenne pour 2003, l'écart d'innovation existant entre l'UE et les Etats-Unis ne pourra être comblé avant 2010 si les actuels taux de progression se maintiennent. Publié le 27 novembre par la DG Entreprises de la Commission, le tableau de bord est un instrument comparatif qui fait partie intégrante de la stratégie visant à faire de l'UE l'économie fondée sur la connaissance la plus compétitive au monde d'ici 2010. Alors que le message contenu dans le tableau de bord 2002 - "l'UE pourra rattraper son retard par rapport à ses concurrents" - se teintait d'un optimisme modéré, le ton du rapport de cette année est nettement moins positif. Des comparaisons clés révèlent que l'Europe fait des progrès dans à peine trois des 11 domaines retenus comme indicateurs des performances d'innovation de l'UE et des Etats-Unis. Ainsi, pour ce qui est des brevets, les Etats-Unis remettent en Europe plus de demandes que les Européens eux-mêmes. Entre-temps, le nombre des brevets délivrés aux Etats-Unis pour de la haute technologie européenne est jugé "extrêmement bas". Même si l'introduction future d'un brevet européen permettra d'améliorer cette situation, les auteurs du rapport estiment que cette mesure pourrait ne pas suffire pour surmonter la faiblesse sous-jacente du secteur de la brevetabilité dans de nombreux Etats membres. Commentant la question des brevets, Erkki Liikanen, le Commissaire en charge des Entreprises et de la Société de l'information, a déclaré: "Cette faiblesse pourrait justifier un effort concerté de l'UE en vue de soutenir les inventeurs européens dans leurs démarches pour faire breveter leurs inventions en Europe et, plus encore, aux Etats-Unis". Sur une note plus encourageante, l'Europe a réduit de moitié l'écart UE/Etats-Unis en matière de financement des TIC depuis 1996 et a également augmenté sa part de production à "valeur ajoutée" dans les secteurs de haute technologie. Bien qu'un nouvel écart ne cesse de se creuser entre les Etats-Unis et l'UE en matière d'investissements publics dans le secteur de la recherche et du développement (R&D) depuis 2001, les investissements consentis par les entreprises européennes pour la R&D montrent des signes d'amélioration. L'UE devance toujours les Etats-Unis pour ce qui est du nombre de diplômés en sciences et technologies, même si cet avantage pourrait bientôt être menacé, peut-on lire dans le rapport. Bien que l'Europe dans son ensemble soit à la traîne des Etats-Unis, des pays européens de premier plan devancent les Etats-Unis et le Japon pour sept indicateurs clés de l'innovation. La performance de la Suède est meilleure que celle des Etats-Unis et du Japon, tandis que la Finlande supplante elle aussi les Etats-Unis pour s'aligner quasiment sur le Japon. Les régions les plus innovantes d'Europe se situent en Suède, en Finlande, aux Pays-Bas et en Allemagne. Les Etats membres méridionaux que sont la Grèce, le Portugal et l'Espagne continuent à combler leur retard par rapport au reste de l'UE. Cela est également vrai pour les pays en phase d'adhésion, comme la République tchèque, la Hongrie et la Slovénie dont les performances sont en fait supérieures à celles de certains des 15 Etats membres actuels de l'UE. Bien que la plupart des pays en phase d'adhésion réalisent des performances en termes de croissance supérieures à la moyenne communautaire, une grande partie de cette croissance est due au fait que les niveaux de démarrage économique de ces pays étaient très bas. Les auteurs du rapport estiment en conséquence que les tendances positives enregistrées dans les pays en phase d'adhésion ne perdureront plus longtemps.