Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un conseil de recherche pour une nouvelle vision stratégique de l'énergie solaire

Les principales parties prenantes au secteur de l'énergie solaire, issues des milieux de la recherche et de l'industrie, se sont réunies pour constituer un conseil consultatif européen en charge de la recherche en photovoltaïque, à la suite d'une initiative de la Commission eu...

Les principales parties prenantes au secteur de l'énergie solaire, issues des milieux de la recherche et de l'industrie, se sont réunies pour constituer un conseil consultatif européen en charge de la recherche en photovoltaïque, à la suite d'une initiative de la Commission européenne. Lors de leur première réunion à Bruxelles le 4 décembre, les 18 membres du conseil ont débuté leurs délibérations en élaborant un programme de recherche stratégique destiné à la technologie photovoltaïque et en rédigeant un rapport de "prospective" qui tentera d'indiquer la démarche à suivre pour développer l'énergie solaire à long terme en Europe. Constitué de membres tels que Shell Group, Free Energy Europe et la Fraunhofer Gesellschaft, le conseil a été créé avec l'appui de Loyola de Palacio, Commissaire européenne en charge de l'Energie et des Transports, et de Philippe Busquin, Commissaire en charge de la Recherche. Un porte-parole de M. Busquin a qualifié de positive la première réunion du conseil de recherche photovoltaïque, en précisant que l'industrie était particulièrement satisfaite de cette opportunité de se concentrer sur l'avenir de la technologie et de se faire entendre par la Commission. Le conseil soumettra son programme de recherche stratégique et son rapport de prospective à la Commission vers la fin 2004. Quelque 200 millions d'euros de fonds communautaires ont été attribués à près de 200 projets de recherche et développement dans le domaine de l'énergie photovoltaïque au cours des dix dernières années. Cependant, cette technologie demeure sous-utilisée en Europe, et les intéressés ressentent aujourd'hui la nécessité d'adopter une approche plus stratégique pour répondre à la situation actuelle. "Pour le moment, l'électricité produite à partir de la technologie photovoltaïque ne représente qu'une part infime de toute l'électricité générée dans l'Union", a déclaré M. Busquin à l'occasion de la première réunion du conseil. "Cette contribution restera statique tant que des mesures plus ambitieuses n'auront pas été prises. Nous devons réfléchir à la manière de surmonter les obstacles techniques, juridiques et socioéconomiques afin d'encourager l'adoption de ce mode de production énergétique durable." Bien que le secteur photovoltaïque ne représente qu'une petite partie de la production énergétique européenne, l'UE demeure le deuxième plus gros fabricant de ce type de technologie solaire, avec plus de 24 pour cent de la production globale, derrière le Japon (44 pour cent) et devant les Etats-Unis (22 pour cent). Les estimations actuelles mettent en relief l'important potentiel que représente la production d'électricité solaire, secteur dans lequel l'Europe a enregistré un taux de croissance moyen de 30 pour cent par an au cours des dix dernières années. Développée à l'origine en vue d'applications spatiales dans les années 60, la technologie photovoltaïque est non polluante et d'entretien facile, elle peut être installée pratiquement n'importe où et facilement adaptée en fonction des besoins des consommateurs. L'électricité produite peut être utilisée directement ou simplement alimenter un réseau électrique. Si cette souplesse représente sa principale qualité, la technologie photovoltaïque reste onéreuse par rapport à d'autres formes de génération d'électricité. Les coûts sont en baisse, mais ce processus doit être soutenu à travers une recherche et un développement plus poussés, selon les auteurs du Livre blanc de la Commission portant sur la promotion des énergies renouvelables. Les auteurs du document fixent également l'objectif de faire passer la puissance installée d'énergie photovoltaïque dans l'UE à 3GW d'ici 2010. Mis à part les obstacles techniques, plusieurs barrières sociales et politiques au progrès de l'énergie photovoltaïque doivent également être éliminées. Les membres de la Commission insistent sur l'importance de travaux de recherche socioéconomique liés à une sensibilisation du public à cette technologie et à une acceptation plus étendue, ainsi qu'à des programmes de formation conçus pour les installateurs et à l'harmonisation des codes et normes européens.