Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

La Commission optimiste à propos du CER, selon une responsable de la Commission

Bien que le Conseil Compétitivité de l'UE du mois de novembre dernier n'ait débouché sur aucun engagement de financement, la Commission reste confiante quant à la création d'un Conseil européen de la recherche (CER), a déclaré Anastasia Andrikopoulou, de la direction B - Restr...

Bien que le Conseil Compétitivité de l'UE du mois de novembre dernier n'ait débouché sur aucun engagement de financement, la Commission reste confiante quant à la création d'un Conseil européen de la recherche (CER), a déclaré Anastasia Andrikopoulou, de la direction B - Restructurer l'Espace européen de la recherche - de la Commission européenne. S'exprimant au cours d'une séance d'information sur l'avenir de la recherche fondamentale, Mme Andrikopoulou a expliqué que les responsables politiques de tous les niveaux de pouvoir sont conscients de l'impact important de la recherche fondamentale sur l'activité économique et qu'il convient de créer un nouveau mécanisme financier à l'échelle européenne pour renforcer l'excellence. "Alors que le monde scientifique se fait de plus en plus entendre, la Commission espère convaincre le Conseil et les États membres d'octroyer les moyens nécessaires pour mettre en œuvre une telle initiative", a déclaré Mme Andrikopoulou. Le principal problème, a-t-elle admis, réside dans le fait que le débat sur les perspectives financières sera plus long que celui qui porte sur le septième programme-cadre (7e PCRD). Cela signifie que les États membres rechigneront à s'engager en faveur de la recherche s'ils ne sont pas sûrs de l'évolution des débats dans d'autres secteurs. Un second problème, a-t-elle ajouté, porte sur le fait que certains États membres estiment devoir faire appel à la recherche collaborative pour mener une politique réussie et sont donc réticents à l'idée d'approuver le financement d'équipes de recherche individuelles. Enfin, a expliqué Mme Andrikopoulou, se pose le problème technique du nombre trop élevé de soumissions, problème qui existe déjà aujourd'hui. "Si nous nous mettons à financer des chercheurs individuels, nous recevrons des tonnes de propositions, ce qui contribuera à aggraver le problème", a-t-elle expliqué. "Si la Commission persuade le Conseil de faire de la recherche un objectif majeur de l'UE, le budget consacré à la recherche pourra être doublé, ce qui aura pour effet d'établir un meilleur équilibre entre les activités actuelles et les activités nouvelles, entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, et entre les ressources humaines et les infrastructures", a déclaré Mme Andrikopoulou. "Nous sommes parfaitement conscients de la nécessité d'améliorer l'environnement administratif", a-t-elle ajouté. S'agissant de la structure du futur CER, Mme Andrikopoulou a expliqué que trois options étaient envisageables: une agence exécutive, une agence communautaire conventionnelle ou une autre structure. "La Commission privilégie la première option dans la mesure où elle a l'avantage d'avoir été étudiée et d'être en place", a affirmé Mme Andrikopoulou. "Le problème de la seconde option concerne sa dimension internationale. La Commission craint que la dimension communautaire soit diluée à mesure que les États luttent pour obtenir leur part du gâteau", a-t-elle ajouté. La nature de la structure étant toujours en cours de discussion, aucune date n'a été avancée, même si, comme a prévenu Mme Andrikopoulou, "le fait que tout ceci doive être légiféré signifie que cela prendra du temps." C'est la raison pour laquelle la Commission a décidé de créer le noyau d'un conseil scientifique sans attendre une quelconque décision sur sa structure, a expliqué Mme Andrikopoulou. "Le commissaire Potocnik a promis une proposition de la Commission concernant le 7e PCRD d'ici le mois d'avril. Espérons qu'un conseil scientifique aura été mis sur pied entre-temps", a-t-elle déclaré. Le conseil scientifique, dont les membres seront désignés par les scientifiques mêmes, sera d'un concours précieux en conseillant la Commission à propos du CER, a expliqué Mme Andrikopoulou.