Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Premier test réussi pour la dernière version du lanceur Ariane

Ariane 5 a été lancé avec succès du Port spatial de l'Europe en Guyane française le 12 février dernier. Conçue pour porter des charges utiles plus lourdes que jamais auparavant, cette dernière version d'Ariane 5 n'a montré aucun signe de surcharge sous le poids des satellites ...

Ariane 5 a été lancé avec succès du Port spatial de l'Europe en Guyane française le 12 février dernier. Conçue pour porter des charges utiles plus lourdes que jamais auparavant, cette dernière version d'Ariane 5 n'a montré aucun signe de surcharge sous le poids des satellites fixés. "Effectué moins d'un mois après la descente de Huygens sur Titan, ce lancement représente un nouveau succès remarquable pour l'Europe spatiale et démontre une nouvelle fois les capacités européennes dans ce domaine technologique très pointu", a déclaré le directeur général de l'ESA, M.Jean-Jacques Dordain."Un accès garanti à l'espace est indispensable à la réussite de toutes nos activités spatiales et il est de notre devoir de préserver totalement cette capacité." Un des satellites déjà placés en orbite est le Sloshsat FLEVO, conçu pour étudier la physique des fluides en microgravité. Il aura ainsi pour mission de contrôler le comportement de 33,5 litres d'eau désionisée dans un réservoir à bord du satellite miniature. Sloshsat FLEVO a été fabriqué conjointement par l'ESA et le Laboratoire aérospatial néerlandais (NLR). Il a fallu une bonne dose de réflexion avant de baptiser le satellite. Si "slosh" désigne le mouvement de l'eau et "sat" un satellite, "FLEVO" est à la fois l'acronyme du projet (facility for liquid experimentation and verification in orbit) et le nom de la dernière province néerlandaise en bord de mer à avoir été asséchée. Ariane portait également XTAR-EUR, le satellite de télécommunications qui a été placé avec succès sur orbite de transfert géostationnaire peu après le décollage, et la maquette Maqsat B2, une plate-forme équipée d'instruments de télémesure et de prise d'images vidéo. Ce satellite restera fixé au lanceur afin de limiter la prolifération de débris spatiaux. Le succès de cette version lourde d'Ariane 5 ouvre la voie à sa mise en service commerciale. Baptisée "Ariane-5 ECA", elle doit remplacer l'actuelle configuration Ariane-5G "générique", et l'ESA espère qu'elle pourra préserver la compétitivité des systèmes de lancement européens sur le marché international des services de lancement. "À partir du deuxième vol, prévu à la mi-2005, Ariane-5 ECA deviendra le nouveau cheval de bataille de l'Europe pour le lancement des charges utiles lourdes vers l'orbite géostationnaire ou au-delà", estime l'ESA. Ariane-5 ECA est équipé de deux étages d'accélération à poudre améliorés, contenant chacun 2,43 tonnes de propergol supplémentaire. Cette modification accroît leur poussée combinée au lancement de 60 tonnes par rapport à la configuration générique. Le lanceur est conçu pour porter des charges utiles maximales de dix tonnées