Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Barroso définit quatre principes pour la "coopération dans le domaine de la connaissance" entre l'UE et le Japon

Lors d'un discours prononcé le 22 avril à l'université de Kobe, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a défini quatre principes pour l'établissement d'une "coopération dans le domaine de la connaissance" entre l'UE et la Japon: renforcement de la coopé...

Lors d'un discours prononcé le 22 avril à l'université de Kobe, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a défini quatre principes pour l'établissement d'une "coopération dans le domaine de la connaissance" entre l'UE et la Japon: renforcement de la coopération politique, ouverture de la coopération transfrontalière dans le domaine de la recherche et du développement (R&D), renforcement des liens bilatéraux, et établissement de réseaux. M. Barroso a fait observer que le Japon doit faire face, dans une large mesure, aux mêmes défis que l'Europe: "vieillissement de la population, concurrence extérieure, conciliation de la croissance économique avec la protection environnementale et sociale, absence de ressources naturelles". "Les solutions que nous avons choisies - réforme économique et priorité à la technologie - ont de nombreux points en commun. Dès lors, et étant donné que le Japon partage avec nous les mêmes valeurs, ne pourrions nous pas tirer parti d'une collaboration plus fréquente?, a demandé le président de la Commission. La volonté de l'UE de collaborer plus étroitement avec le Japon "se vérifie à tous les niveaux […]. Mais particulièrement dans le domaine scientifique et technologique", a déclaré M. Barroso. La coopération politique entre l'UE et le Japon a été, pendant quelque temps, moins importante que la coopération économique, a expliqué M. Barroso. "Lorsque l'on considère le nombre d'aspects communs et la similarité de nos approches, cela n'a pas de sens", a-t-il poursuivi. Appelant à une plus grande coopération transfrontalière dans le domaine de la R&D, le président de la Commission a souligné que le protectionnisme n'est pas une stratégie valable pour la recherche, et que le coût de la recherche et de l'infrastructure de pointe est trop élevé que pour être supporté par chaque pays isolément. Il a cité des secteurs dans lesquels la coopération est nécessaire comme la recherche maritime, atmosphérique et environnementale, et également mentionné le projet ITER (réacteur thermonucléaire expérimental international), duquel sont partenaires l'UE et le Japon. La conclusion des négociations sur l'accord UE-Japon dans le domaine scientifique et technologique permettrait de renforcer considérablement les liens bilatéraux, a déclaré M. Barroso, et la mise en place de réseaux conjoints permettrait aux deux parties de traduire les résultats d'une coopération accrue en pratiques et produits. "Pour deux partenaires comme l'UE et le Japon, la technologie est la clé de l'avenir, et une collaboration est vitale. Nous devons conférer à notre relation une nouvelle dimension: la coopération dans le domaine de la connaissance", a indiqué M. Barroso au public japonais.

Pays

Japon