Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'UE propose à l'Iran une coopération nucléaire en échange de sa renonciation à l'enrichissement d'uranium

Réunis le 15 mai, les ministres des affaires extérieures des Etats membres de l'UE ont décidé que celle-ci partagera avec l'Iran ses technologies nucléaires les plus sophistiquées à condition qu'il mette un terme à son programme d'enrichissement d'uranium. Selon les conclusi...

Réunis le 15 mai, les ministres des affaires extérieures des Etats membres de l'UE ont décidé que celle-ci partagera avec l'Iran ses technologies nucléaires les plus sophistiquées à condition qu'il mette un terme à son programme d'enrichissement d'uranium. Selon les conclusions du Conseil Relations extérieures de l'UE, cette dernière "serait disposée à soutenir la mise en place d'un programme nucléaire civil en Iran, qui soit sûr et viable et ne présente aucun risque de prolifération, pour autant que l'Iran prenne pleinement en compte les préoccupations internationales et démontre la crédibilité de ses intentions. L'UE espère que l'Iran donnera suite à l'offre qui lui est faite." Javier Solana, le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité commune, a employé des termes plus directs lors d'une conférence de presse organisée après la réunion. "Nous pourrons vous [Iran] aider avec la technologie la plus efficace et la plus sophistiquée", a-t-il déclaré, révélant que cette nouvelle offre va plus loin que les mesures incitatives offertes en août 2005. Les détails de cette nouvelle offre seront communiqués prochainement, au terme de consultations menées avec les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Bien que les détails complets de cette proposition ne soient pas encore connus, les journaux iraniens ont déjà fait savoir que la proposition sera rejetée par le gouvernement iranien. "Toute demande de suspension ou de pause [des activités d'enrichissement] est illogique et inacceptable et sera indubitablement rejetée", a déclaré le ministre iranien des affaires extérieures, Manouchehr Mottaki, au journal Iran Focus. "Les résultats obtenus récemment par la République islamique de l'Iran en matière de connaissances et de technologies dans le domaine de l'enrichissement et du nucléaire sont évidents et irréversibles", indique un communiqué du ministère iranien des affaires extérieures. Le Conseil déplore également que les autorités iraniennes ne se soient pas conformées aux demandes formulées par le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et par le Conseil de sécurité des Nations unies, et qu'elles aient "menacé de rester à l'avenir sur ces positions." Les ministres des affaires extérieures ont également souligné que le Conseil "s'engage à trouver une solution diplomatique", mais ont ajouté que si l'UE ne peut pas développer avec l'Iran des relations basées sur la confiance et la coopération, "l'Iran opterait alors pour davantage d'isolement." Le Conseil a également abordé une série de thématiques dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense, y compris l'Agence européenne de défense, et notamment les aspects liés à la recherche et à la technologie (R&T) de l'Agence. Les conclusions ont porté sur les objectifs proposés pour accroître les dépenses, globales et conjointes, de l'Europe; la voie à suivre pour le lancement de projets R&T appropriés; l'approche pour développer une stratégie R&T dans le domaine de la défense européenne; et la proposition d'un nouveau mécanisme de financement et de gestion des investissements communs dans les programmes de R&T.

Pays

Iran