Skip to main content

Article Category

Entretien

Article available in the folowing languages:

Création du service ERAWATCH pour améliorer la prise de décisions politiques scientifiques en Europe

Un nouveau service sera lancé d'ici quelques mois pour permettre aux décideurs politiques et aux chercheurs de comparer directement les systèmes, programmes et politiques de recherche des différents pays d'un simple clic de souris. Ce service en ligne, baptisé ERAWATCH, sera g...

Un nouveau service sera lancé d'ici quelques mois pour permettre aux décideurs politiques et aux chercheurs de comparer directement les systèmes, programmes et politiques de recherche des différents pays d'un simple clic de souris. Ce service en ligne, baptisé ERAWATCH, sera géré conjointement par la DG Recherche et le Centre commun de recherche (CCR), en collaboration avec CORDIS. Il est financé par le programme-cadre pour la recherche de l'UE. S'adressant à CORDIS Nouvelles à l'occasion de la manifestation ESOF2006, Patrice Laget, chef de l'unité SERA (Soutien à l'Espace européen de la recherche) de l'Institut de prospective technologique (IPTS) du Centre commun de recherche, a expliqué la raison d'être de ce projet. "Si vous observez la politique scientifique en Europe, vous constaterez qu'il lui manque souvent des éléments de preuve", a-t-il affirmé. "En 2003, l'IPTS a créé l'unité SERA afin de recueillir et d'analyser les éléments de preuve relatifs à la performance des programmes. Notre rôle consiste à soutenir les décisions politiques, et nous travaillons très étroitement avec les directions générales politiques telles que les DG Recherche et Entreprises." Le plus important défi qu'a dû relever l'équipe de M. Laget a été l'absence de données harmonisées. Tandis que certains Etats membres de l'UE produisent des données de très bonne qualité, d'autres n'en génèrent que très peu, et les méthodes de collecte des données varient d'un pays à un autre. Il est par conséquent très difficile d'effectuer des comparaisons entre pays ou d'avoir une vue d'ensemble des politiques de recherche en Europe. Pourtant, une telle vue d'ensemble est primordiale si l'on veut assurer l'efficacité du fonctionnement de l'Espace européen de la recherche, et c'est à ce niveau qu'intervient ERAWATCH. En effet, pour la première fois, des informations fiables et harmonisées sur les systèmes de recherche de l'ensemble des 25 Etats membres de l'UE, ainsi que d'autres pays qui participent aux programmes-cadres et les Etats-Unis, la Chine et le Japon, seront réunies en un lieu unique. Les informations disponibles sur ERAWATCH comprendront une présentation générale des politiques de recherche de chaque pays, des éléments d'actualité, des documents récents, une explication du mode de fonctionnement du système, des détails sur les programmes de recherche, des renseignements sur les agences de financement ainsi que sur la performance de la recherche, et des indicateurs tels que les dépenses, les publications et les brevets. Les décideurs politiques pourront ainsi comparer les entrées et les sorties du système et utiliser cette information pour élaborer de meilleures politiques scientifiques à tous les niveaux. Les utilisateurs auront la possibilité de rechercher des informations au niveau d'un pays, ou de comparer des données à l'échelle communautaire. "Vous pourrez par exemple interroger le système sur les mesures fiscales applicables aux chercheurs; en effet, de nombreux gouvernements accordent des allègements fiscaux à la recherche. Vous pourrez voir quelles mesures sont en place dans tous les pays et, éventuellement, les comparer", a expliqué M. Laget. L'IPTS s'est servi d'un modèle commun pour recueillir l'information. Un rapport de deux pages comportant des renseignements de base sera consacré à chaque pays. Une série de modèles plus détaillés a été conçue pour fournir des renseignements sur les documents d'orientation, les agences de financement et les programmes de recherche, ces derniers pouvant inclure des détails tels que date de commencement, contenu, fonds, etc. La mise en place d'ERAWATCH a nécessité un travail de longue haleine; l'idée d'un tel système a d'abord été avancée par la DG Recherche en 2003. La clé de la réussite du système réside dans son interactivité. "Lorsqu'il sera accessible au public, il ne sera pas parfait", a averti M. Laget. "Mais nous comptons sur le retour des utilisateurs pour l'améliorer." En attendant, une équipe chargée d'effectuer des essais aide actuellement l'IPTS à résoudre un grand nombre d'imperfections. Selon M. Laget, les réactions quant au contenu et à la quantité d'informations sont bonnes, il s'agit donc désormais de perfectionner la fonctionnalité afin de simplifier la procédure de recherche. La version opérationnelle sera mise en ligne en septembre. Le principal public que cible ERAWATCH est celui des décideurs politiques qui travaillent dans les secteurs des sciences, de la recherche, des technologies et de l'innovation. Cependant, le chef de l'unité pense que les chercheurs souhaiteront également s'en servir pour découvrir les opportunités de financement offertes par les autres pays, notamment les chercheurs qui ne sont pas de l'UE mais qui souhaitent se renseigner sur les activités dans cette région. "ERAWATCH sera une bonne chose pour l'Europe", a commenté M. Laget. "Il montrera au reste du monde que la recherche en Europe est de qualité et que nous disposons d'un système de recherche efficace."