Skip to main content
European Commission logo print header

Article Category

Actualités
Contenu archivé le 2023-03-02

Article available in the following languages:

Le secteur privé peut soutenir le développement par la recherche

Que ce soit au Nord ou au Sud, l'efficacité d'un pays à attirer les investissements privés dans la recherche déterminera ses chances en termes de compétitivité et de développement, a déclaré le commissaire européen en charge de la science et de la recherche, Janez Potocnik. ...

Que ce soit au Nord ou au Sud, l'efficacité d'un pays à attirer les investissements privés dans la recherche déterminera ses chances en termes de compétitivité et de développement, a déclaré le commissaire européen en charge de la science et de la recherche, Janez Potocnik. «L'Europe à elle seule ne peut «créer» le développement. Le secteur privé non plus. Ni la recherche. Mais ils peuvent, ensemble, créer les conditions du développement. C'est la tâche qui nous attend demain», a déclaré le commissaire en Slovénie. Les pays en développement se tournent bien souvent vers les gouvernements du Nord pour obtenir une aide au développement mais, selon M. Potocnik, c'est l'investissement des entreprises privées qui peut vraiment faire la différence. Et de souligner que le développement, à l'instar de la recherche, ne commence et ne s'arrête pas nécessairement aux frontières nationales. Ainsi, la ville de Mumbai (Inde) compte plus de millionnaires que bien des États membres de l'UE, malgré le fait que l'Inde soit encore clairement un «pays en développement». Une autre ville indienne, Bangalore, produit des millionnaires plus rapidement que nulle part ailleurs. «Et qu'est-ce qui fait la célébrité de Bangalore? Sa base de recherche et développement. Demandez à Google, Nokia, Bell et aux nombreuses autres sociétés qui y sont implantées», a déclaré le commissaire. L'UE a fait une déclaration claire sur l'importance des investissements privés dans la recherche en 2000 lors de la définition de l'objectif de Barcelone de porter le financement de la recherche à 3 % du PIB d'ici 2010. Deux tiers de cet investissement est supposé provenir du secteur privé. Les secteurs privé et public semblent cependant aujourd'hui en passe de rater ces objectifs. Certes, attirer l'investissement privé exige avant toute chose un engagement de la part des pouvoirs publics. L'UE a ainsi mis en place divers incitatifs en faveur de l'investissement privé. Dans les pays en développement, la priorité devrait être de renforcer la base de connaissance par l'éducation, la recherche, les infrastructures et la formation, a déclaré M. Potocnik. «Ce faisant, les pays en développement seront mieux positionnés pour entrer dans l'économie mondiale», a-t-il ajouté.