Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Verheugen appelle à la participation des parties prenantes pour la valorisation des e-compétences

Les e-compétences constituent l'une des fondations de la compétitivité et la prospérité européennes du XXIe siècle. L'élargissement et le renforcement des e-compétences en Europe se feront par le dialogue avec les parties prenantes, a déclaré Günter Verheugen, Commissaire euro...

Les e-compétences constituent l'une des fondations de la compétitivité et la prospérité européennes du XXIe siècle. L'élargissement et le renforcement des e-compétences en Europe se feront par le dialogue avec les parties prenantes, a déclaré Günter Verheugen, Commissaire européen chargé de l'entreprise et de l'industrie, lors du lancement du Conseil du leadership dans l'entreprise. Le Commissaire a insisté sur l'importance d'une participation accrue de l'industrie des technologies de l'information et de la communication (TIC), pour garantir à l'Europe des compétences adéquates. «Une main-d'oeuvre compétente et adaptable constituera la base de la compétitivité et la prospérité de l'Europe dans le XXIe siècle. Cela ne sera cependant réalisable qu'en mettant à profit une économie plus dynamique et cohésive, fondée sur les compétences et la connaissance», a annoncé le Commissaire aux participants lors de la manifestation de lancement. Cependant, alors que l'importance des e-compétences est largement reconnue, et que la demande de main-d'oeuvre possédant ces compétences augmente, l'offre décline. Moins d'étudiants s'inscrivent aux cours sur les TIC, la plupart des femmes évitent les carrières dans le domaine des TIC (seulement 20% des praticiens sont des femmes), et moins d'étudiants entreprennent des études dans les sujets connexes, tels que les mathématiques, les sciences et la technologie. D'après M. Verheugen, les axes prioritaires principaux pour l'Europe sont les suivants: - une coopération à plus long terme entre les autorités publiques, les entreprises, le milieu universitaire, les syndicats et les associations, à travers des partenariats plurilatéraux évolutifs et durables; - un investissement dans les ressources humaines pour garantir des investissements suffisants dans l'éducation des e-compétences, dans les secteurs publics et privés; - l'attrait et la promotion des sciences, des mathématiques et des TIC, ainsi que des modèles de rôle, des profils professionnels et des perspectives de carrière; - l'employabilité et l'e-inclusion, ainsi que le développement d'une culture numérique et d'actions d'e-compétences adaptés aux besoins des groupes à haut risque d'exclusion; - l'acquisition tout au long de la vie des e-compétences et la promotion d'approches d'apprentissage en ligne (e-learning), davantage axées sur l'utilisateur. Le dialogue avec les parties prenantes, et la création de partenariats pour agir, sont les seules solutions pour parvenir à mettre en oeuvre ces priorités, a déclaré le Commissaire. L'une de ces parties prenantes est l'industrie des TIC. «L'industrie des TIC peut apporter une contribution considérable au développement d'un cadre d'e-compétences européen. Elle pourrait surveiller la demande d'e-compétences, sensibiliser le public, combler le fossé entre les qualifications formelles et basées sur l'industrie, et offrir de meilleures plateformes de formation et apprentissage en ligne. Elle pourrait également encourager les partenariats public/privé évolutifs et durables, et enfin, atteindre la masse critique, en rassemblant les ressources, l'expertise et les expériences», a déclaré M. Verheugen. Les spécialistes peuvent s'attendre à davantage de mesures de la part de la Commission dans les mois à venir. En effet, une communication sur «les e-compétences pour le XXIe siècle» devrait être adoptée par la Commission pendant l'été. Une initiative sur l'e-inclusion doit également être lancée en 2008.