Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une nouvelle enquête révèle l'opinion des Européens à l'égard des sciences dans les médias

Selon une enquête Eurobaromètre sur la recherche scientifique dans les médias, une majorité des Européens manifestent un intérêt pour les sciences et plus de la moitié sont satisfaits de la manière dont les sciences sont présentées dans les médias. L'enquête a été présentée ...

Selon une enquête Eurobaromètre sur la recherche scientifique dans les médias, une majorité des Européens manifestent un intérêt pour les sciences et plus de la moitié sont satisfaits de la manière dont les sciences sont présentées dans les médias. L'enquête a été présentée à l'occasion du premier forum européen sur le journalisme scientifique qui s'est tenu à Barcelone (Espagne). Au cours de ce même forum ont également été dévoilées deux études supplémentaires qui ont sondé l'opinion des chercheurs et des professionnels des médias au sujet de leur expérience respective, de la communication scientifique et des médias. «Un très grand nombre d'activités scientifiques ont un impact direct sur notre quotidien. Il est donc important que le public soit informé de ces activités et ait un contact avec les chercheurs», a déclaré Janez Potocnik, commissaire européen en charge de la science et de la recherche. «Les médias jouent un rôle fondamental dans ce domaine parce qu'ils transmettent des informations sur les découvertes scientifiques mais aussi parce qu'ils déterminent la manière dont les chercheurs et leurs travaux sont perçus par la société. J'espère que ce premier forum européen sur le journalisme scientifique contribuera à renouveler le dialogue entre les chercheurs et les médias.» L'enquête Eurobaromètre indique que 57 % des Européens sont intéressés par la recherche scientifique. Cet intérêt est particulièrement élevé (plus de 70 % des citoyens sondés) dans les pays nordiques, les pays du Benelux et la France. En bas de l'échelle, près de trois quarts des Bulgares affichent peu ou pas du tout d'intérêt pour ce sujet. En général, l'intérêt est plus vif dans les anciens États membres de l'UE que dans les nouveaux. En outre, alors que les citoyens des États membres de l'UE15 portent un plus grand intérêt à la médecine, à l'environnement et à l'énergie, ceux des nouveaux États membres s'intéressent davantage aux technologies de l'information et à l'espace. Concernant la manière dont est présentée la recherche scientifique dans les médias, 56 % des personnes interrogées se montrent satisfaites. Toutefois, près d'un quart d'entre elles se disent mécontentes et 20 % n'ont pas d'opinion sur la question. Une analyse plus approfondie des statistiques révèle que les citoyens qui s'intéressent à la recherche scientifique sont davantage susceptibles d'être satisfaits de l'activité des médias dans ce domaine. Interrogés plus en détail sur la présentation de la recherche scientifique dans les médias, plus de 60 % des répondants la qualifie de fiable, d'objective et d'utile. Toutefois, près de la moitié des personnes sondées estiment qu'elle est difficile à comprendre. L'importance attachée à la facilité de compréhension est confirmée par une autre question sur l'aspect le plus important des nouvelles scientifiques. En tête des priorités figure la facilité de compréhension, suivie par le sujet et l'utilité des nouvelles pour le lecteur. La question de la facilité de compréhension a également été soulevée dans l'enquête réalisée auprès des professionnels des médias. Pratiquement tous les répondants ont cité les publications scientifiques spécialisées et les chercheurs comme les meilleures sources d'information présentant un intérêt journalistique. Toutefois, plus de la moitié des journalistes ont également décrit ces sources comme difficiles à comprendre. Étant donné la difficulté que rencontrent de nombreux journalistes pour comprendre les chercheurs, un des résultats de l'enquête principale Eurobaromètre a surpris de nombreux participants au forum. Ainsi, à la question «Préférez-vous que les informations scientifiques vous soient présentées par des journalistes ou par des scientifiques?», 52 % ont accordé leur préférence aux scientifiques, contre seulement 14 % aux journalistes. Les personnes qui ont opté pour les scientifiques expliquent ce choix par une plus grande fiabilité et précision des informations. En ce qui concerne les chercheurs eux-mêmes, une majorité reconnaît l'importance d'expliquer leurs travaux à la société, mais se plaint d'un manque de soutien pour de telles activités. «Faute de compétences, les scientifiques éprouvent des difficultés à trouver le langage approprié pour communiquer au grand public, ainsi qu'à comprendre quels sujets sont pertinents et peuvent être exploités par les médias», peut-on lire dans le rapport. «Parallèlement, les journalistes sont incapables d'utiliser des sujets scientifiques qui renferment une masse d'informations complexes, inintéressantes, non vérifiables ou difficiles à vulgariser.» La bonne nouvelle est que la situation évolue. La Commission européenne a publié un nouveau guide de la formation au journalisme scientifique dans lequel elle propose un large éventail de programmes éducatifs de différentes durées organisés en Europe. La Commission a également souligné le fait que de nombreux contrats de financement au titre du septième programme-cadre requièrent des scientifiques qu'ils s'engagent dans des activités de communication.

Pays

Espagne

Articles connexes