Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le projet MY SCIENCE jette un pont entre la R&D européenne et les jeunes journalistes de l'UE

Le projet MY SCIENCE («My science European program for young journalists»), financé au titre du septième programme-cadre (7e PC) de l'UE et coordonné par l'Académie européenne de Bolzano en Italie (EURAC Research), a sélectionné 85 jeunes journalistes de toute l'Union européen...

Le projet MY SCIENCE («My science European program for young journalists»), financé au titre du septième programme-cadre (7e PC) de l'UE et coordonné par l'Académie européenne de Bolzano en Italie (EURAC Research), a sélectionné 85 jeunes journalistes de toute l'Union européenne et des pays associés pour soutenir des activités de formation dans les laboratoires de recherche de l'UE. Avec un budget de 252 612 euros, cette action transnationale et collaborative a pour principal objectif de renforcer le rôle de la diffusion scientifique. Les technologies de l'information et de la communication (TIC), la génétique, les sciences humaines, l'énergie renouvelable, l'environnement et la chimie moderne sont les thèmes développés par le projet MY SCIENCE en vue d'établir une infrastructure visant à soutenir la coopération et la communication entre les chercheurs et les jeunes professionnels du secteur des médias. De décembre 2009 à mars 2010, des ateliers théoriques et pratiques d'une semaine dans des laboratoires de l'UE à Vienne, à Gödöll? (Hongrie), à Bozen (Italie) et à Prague ont servi d'outils pédagogiques pour promouvoir l'engagement des moyens de communication de masse envers la science et la technologie. La diffusion de la science vers un public élargi constitue une véritable gageure. Éliminer cet obstacle était l'objectif de cette action de soutien financée au titre du programme spécifique Capacités du 7e PC (La science dans la société). MY SCIENCE se clôturera par une conférence finale à Bolzano le 28 mai 2010. Le professeur Peter Grünberg, lauréat du prix Nobel 2007 de physique, Istvan Palugyai, un communicateur scientifique hongrois de renom, et le professeur Nuno Crato, lauréat du prix européen 2007 de la communication scientifique au Portugal, comptent parmi les invités de la conférence. L'atelier organisé à l'institut de technologie chimique de l'université de Prague (ICTP) est un bon exemple de l'interaction et des moyens de communications entre chercheurs et journalistes. Les journalistes portaient des blouses blanches et «jouaient» aux scientifiques pendant une journée, réalisant des expériences sous la supervision des étudiants de l'ICTP préparant leur doctorat. Les activités de R&D à l'ICTP portent sur la recherche en chimie fondamentale et appliquée; l'ICTP est un important partenaire des industries tchèques et étrangères de chimie et des matériaux. Ce genre de recherche est probablement peu connu dans le domaine scientifique européen, mais avec plus de 10 projets du 7e PC à son actif (70 institutions européennes de recherche y participaient), l'ICTP contribue à l'avancement de la R&D en Europe centrale, et en fait un partenaire intéressant. La République tchèque est le pays qui a inventé les lentilles de contact et où a eu lieu la première autopsie publique d'un corps humain. Le professeur Jana Hajslov, responsable du laboratoire de polluants alimentaires et produits toxiques du département d'analyse et de chimie alimentaire de l'ICTP, est la coordinatrice de plusieurs projets des 6e et 7e PC. Elle est également la déléguée tchèque du programme de travail du volet «Alimentation, agriculture et pêche, et biotechnologie» du thème Coopération du 7e PC. Expliquant l'activité du projet européen CONFFIDENCE («Contaminants in food and feed: inexpensive detection for control of exposure») qui a reçu une contribution de l'UE de 5 800 101 d'euros, elle déclare: «L'objectif est d'améliorer la sécurité alimentaire des produits européens par le développement de méthodes plus rapides et rentables de détection d'une vaste gamme de polluants chimiques dans les produits alimentaires.» L'ICTP est responsable du lot de travaux 1. Dans le cadre du projet, consacré à des polluants organiques et composés ignifuges, «la qualité et la sûreté de l'approvisionnement alimentaire européen de la fourche à la fourchette est une question qui inquiète la société, et ce type de projets constituent la solution actuelle à un problème pressant», fait remarquer le professeur Hajslov. Les projets PERFOOD («Perfluorinated organics in our diet») et TRACE («Tracing food Commodities in Europe»), impliqués dans le respect de la législation relative à la traçabilité et aux certifications d'étiquettes de la chaîne alimentaire, sont d'autres projets du 7e PC relevant de l'ICTP de Prague. Suite à la phase de développement scientifique et technologique, les nouvelles techniques obtenues, résultats de ces projets européens, seront largement diffusées par le biais d'ateliers de formation pour les utilisateurs industriels et gouvernementaux finaux.

Articles connexes