Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

MUSE fait avancer la technologie du haut débit en Europe

Les Européens sont solidement implantés dans la recherche sur les technologies de l'information. Ces recherches ont non seulement dynamisé la croissance du secteur et de l'industrie, mais elles ont aussi abouti à des technologies dont les avantages se sont fait ressentir jusqu...

Les Européens sont solidement implantés dans la recherche sur les technologies de l'information. Ces recherches ont non seulement dynamisé la croissance du secteur et de l'industrie, mais elles ont aussi abouti à des technologies dont les avantages se sont fait ressentir jusqu'aux consommateurs. Le projet MUSE (Multi Service Access Everywhere) vient s'ajouter à ces réussites remarquables. Soutenu par un financement de l'UE de 15,5 millions d'euros, MUSE s'inscrit dans le cadre de l'objectif stratégique «Haut débit pour tous» de la priorité «Technologies de la société de l'information». Lors de la première phase du projet, les partenaires se sont attachés à la recherche et au développement d'un réseau haut débit plus rapide, mais abordable. Leurs efforts ont porté leurs fruits, et plusieurs entreprises sont très intéressées par l'acquisition de cette technologie, le GSB (Global System for Broadband). Mais le projet ne s'est pas arrêté en si bon chemin. Lors de la deuxième phase, le consortium a encore amélioré les services et développé le GSB, afin de se conformer aux nouveaux services et technologies. «Nous sommes allés assez loin au cours de la phase 2. Nous avons développé plusieurs systèmes de pointe, dont beaucoup sont déjà au point et prêts à une validation préliminaire au déploiement», déclarait à ICT Results Peter Vetter, le coordinateur du projet MUSE. MUSE a ainsi réussi à mettre au point une solution capable de gérer des services multimédias, notamment la télévision sous IP (IPTV), ou encore la convergence fixe-mobile, qui propose deux services aux consommateurs: l'accès haut débit depuis n'importe où (ce qui réduit leurs dépenses), et l'utilisation d'un même appareil pour les appels vidéo et téléphoniques. En outre, le projet a créé une «intelligence du réseau» et proposé des solutions pour accorder l'accès réseau aux services et aux fournisseurs de services. Dans le domaine de la télévision sous IP, MUSE a réalisé une technologie plus sophistiquée en développant l'intelligence dans le réseau d'accès. Pour les chercheurs, le principal problème était de gérer le ralentissement du réseau résultant de la consommation soudaine de bande passante. M. Vetter souligne qu'en mettant au point un système de mise en cache, situé plus près du domicile du consommateur, le projet MUSE a pu économiser de la bande passante au niveau du réseau métro. «C'est un peu comme si l'abonné recevait gratuitement un enregistreur vidéo personnel (PVR) ou un TiVo (enregistreur numérique personnel), sauf que le contenu est stocké sur le réseau et non sur un disque dur dans le téléviseur», poursuit le coordinateur du projet auprès d'ICT Results. «Et il est inutile de le programmer à l'avance.» Mais les dernières réalisations de MUSE ne bénéficieront pas qu'aux consommateurs. Le projet a également mis au point diverses interfaces réseau pour différents fournisseurs de services, ce qui leur permettra de personnaliser leurs solutions réseau en fonction de leurs besoins. Le secteur étudie de près les réalisations de MUSE. «Dans le cadre d'accords bilatéraux, de nombreuses entreprises travaillent à valider un bon nombre des technologies sur lesquelles nous avons travaillé», déclare M. Vetter. «En particulier, l'intelligence dans le réseau d'accès répond à des problèmes que rencontrent actuellement les entreprises de télécommunication et les fournisseurs de services. Je pense qu'il ne faudra pas attendre bien longtemps pour que certains de ces services améliorés soient mis en oeuvre.»

Articles connexes