Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les mécanismes cérébraux à l'origine du processus décisionnel sont moins complexes qu'on ne le pensait

D'après les résultats d'une recherche financée par l'UE, et contrairement à ce que l'on pensait il y a quelques années, les prises de décision simples ne sont pas traitées par la partie du cerveau chargée des aspects les plus importants de la cognition tels que la conscience, ...

D'après les résultats d'une recherche financée par l'UE, et contrairement à ce que l'on pensait il y a quelques années, les prises de décision simples ne sont pas traitées par la partie du cerveau chargée des aspects les plus importants de la cognition tels que la conscience, mais dans les régions cérébrales qui reçoivent un stimulus et qui contrôlent la réponse du corps à ce dernier. Les travaux, publiés en ligne par la revue Nature Neuroscience, ont reçu un financement partiel du projet «Investigations in Brain Sciences Education Network» financé par l'UE et soutenu au titre du programme Marie Curie du sixième programme-cadre (6e PC). «Il est important de comprendre la façon dont le cerveau prend ses décisions dans des conditions normales afin de mieux appréhender les maladies telles qu'Alzheimer, les lésions traumatiques cérébrales ou les attaques, dans lesquelles le processus décisionnel est perturbé», explique le professeur Maurizio Corbetta de la faculté de médecine de l'université Washington de Saint Louis, aux États-Unis. «Nous aimons penser que nos décisions résultent d'actes volontaires, mais ce n'est qu'une illusion. De nombreuses décisions sont sans aucun doute directement et automatiquement guidées par ce que notre cerveau ressent.» Pendant de nombreuses années, les chercheurs ont présumé que les humains possédaient un module de prise de décision dans le cerveau, incluant le lobe frontal, la partie du cerveau responsable des processus cognitifs les plus importants. Cependant, des recherches récentes ont révélé que chez les singes, les tâches simples étaient régies par des mécanismes relativement simples enfouis dans les régions sensori-motrices du cerveau. Dans cette étude récente, une équipe de scientifiques d'Italie et des États-Unis a tenté de vérifier cette hypothèse chez les humains. Ces derniers ont formé des volontaires en vue de réaliser une étude impliquant la distinction entre l'image d'un visage et celle d'un bâtiment. S'ils voyaient un visage, les volontaires devaient bouger leurs yeux dans une certaine direction; s'ils voyaient un bâtiment, ils devaient lever le doigt dans cette même direction. «Cette décision n'est pas automatique. Elle implique de porter son attention sur le stimulus et de contrôler la réponse», déclare le professeur Corbetta. Un fond sonore était audible pendant la diffusion des images. Pendant que les volontaires effectuaient cette tâche, les scientifiques scannaient leur cerveau à l'aide d'un système d'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (fMRI). Les scanners ont révélé que l'activité de la partie du cerveau chargée de prévoir les actions telles que les mouvements des yeux ou des mains augmentait en fonction du type d'image observée (un visage ou un bâtiment) et du type de la réponse prévue par le cerveau (mouvement des yeux ou des mains). Lorsque le bruit accompagnant l'image était moins fort, la prise de décision se faisait plus facilement et les activités cérébrales de chaque zone du cerveau augmentaient en fonction. «Cela signifie que ces régions dans le cortex pariétal traitent tous les signaux sensoriels, décisionnels et moteurs nécessaires pour prendre et agir sur une décision», déclare l'auteur principal de l'étude Annalise Tosoni, une diplômée de l'université de Chieti, en Italie. «En revanche, aucune zone du lobe frontal, que l'on croyait impliquée dans le processus décisionnel, n'a augmenté son activité au moment de la décision.» «Même pour des décisions visuelles arbitraires et quelque peu complexes, il semblerait que ce soit la quantité d'informations sensorielles qui pousse le cerveau à prendre telle ou telle décision», ajoute le professeur Corbetta. D'après les chercheurs, les résultats soutiennent l'hypothèse d'une «cognition incarnée», dans laquelle les fonctions cognitives abstraites se basent sur des mécanismes simples de traitement sensori-moteurs. En d'autres termes, «voir et décider consiste, de manière concrète, à prévoir une réponse motrice», écrivent les scientifiques. L'équipe prévoit désormais de déterminer si davantage de décisions complexes sont traitées par le même mécanisme sensori-moteur, et si les décisions dépendent de l'importance des récompenses auxquelles s'attendent les sujets lorsqu'ils prennent des décisions simples ou complexes.

Pays

Italie, États-Unis

Articles connexes