Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une étude sur les chiens, pourrait contribuer à soigner une maladie des ongles chez l'homme

Des scientifiques en Scandinavie ont déterminé l'un des facteurs génétiques de l'onychodystrophie lupoïde symétrique, une maladie auto-immune à l'origine de graves problèmes aux griffes chez le chien. Les résultats de l'étude, publiés dans la revue Public Library of Science (P...

Des scientifiques en Scandinavie ont déterminé l'un des facteurs génétiques de l'onychodystrophie lupoïde symétrique, une maladie auto-immune à l'origine de graves problèmes aux griffes chez le chien. Les résultats de l'étude, publiés dans la revue Public Library of Science (PLoS) ONE, pourraient renforcer les connaissances sur des maladies similaires au niveau de nos ongles. L'étude a été soutenue par l'UE dans le cadre du projet LUPA («Unravelling the molecular basis of common complex human disorders using the dog as a model system»), financé à hauteur de 12 millions d'euros au titre du thème Santé du septième programme-cadre (7e PC). Selon les chercheurs de l'université suédoise d'agronomie (SLU), de l'école vétérinaire norvégienne (lNVH) et de l'université d'Uppsala (UU) en Suède, cette maladie se traduit par une réponse immunitaire anormale à l'encontre des griffes, conduisant à leur exfoliation. La maladie progresse en s'étendant à toutes les griffes, aboutissant à la destruction des tissus sous-jacents et à la déformation des griffes. Les chiens atteints souffrent énormément. La maladie touche de nombreuses races de chiens, mais cette étude récente s'est intéressée à un petit nombre où elle est très fréquente. Il s'agit des setters Gordon, des colleys à barbe et des schnauzers géants, comme l'expliquait Maria Wilbe, étudiante en doctorat du département de génétique et de sélection animale au Centre biomédical de la SLU. Elle est également l'auteur principal de l'étude, réalisée en collaboration entre des généticiens et des vétérinaires. Les facteurs de risque détectés sont des gènes de classe 2 du complexe majeur d'histocompatibilité (CMH), qui codent pour des protéines contrôlant la réponse immunitaire. On a déjà démontré que ces gènes étaient des facteurs de risque importants pour diverses maladies auto-immunes, chez le chien et chez l'homme. Une fois le système immunitaire activé, les protéines CHM indiquent les molécules qui doivent être attaquées. Lors d'une maladie auto-immune, les protéines CHM désignent des molécules qui appartiennent à l'organisme lui-même, lequel détruit ses propres tissus et organes. Ceci peut dans certains cas conduire à des maladies telles que l'onychodystrophie lupoïde symétrique. «Nous avons déjà montré que les gènes de classe 2 du CMH sont des facteurs de risque pour d'autres maladies auto-immunes chez le chien», rappelait Maria Wilbe. «Lors de cette nouvelle étude, nous avons découvert deux allèles pour un gène de classe 2, l'un qui protège contre la maladie et l'autre qui en augmente le risque.» La probabilité de la maladie est considérablement plus élevée chez les setters Gordon ayant hérité de leurs parents deux allèles défavorables. Au contraire, les chiens possédant au moins un allèle protecteur sont sains, montrant qu'il est dominant sur l'autre. Quant aux connaissances que ces travaux pourraient apporter sur des maladies comparables chez l'homme, les chercheurs soulignent que nous partageons avec les chiens un ensemble de gènes orthologues, le même milieu de vie et des maladies de même étiologie. Par conséquent, «le chien est un excellent modèle pour l'étude des maladies génétiques», sachant que «nous connaissons chez l'homme plusieurs maladies de la kératine présentant des similitudes avec l'onychodystrophie lupoïde symétrique». Les chercheurs conduisent actuellement d'autres études génétiques et espèrent obtenir un financement pour continuer à détecter d'autres facteurs génétiques de risque pour cette maladie des griffes.

Pays

Norvège, Suède

Articles connexes