Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un nouveau test pour détecter le dopage dans le monde sportif

De juillet à août, l'attention du monde était portée sur les Jeux olympiques de Londres, où plus de 10 500 athlètes de 204 comités olympiques nationaux étaient en compétition. Dans les coulisses, 150 scientifiques ont testé chaque jour jusqu'à 400 échantillons pour plus de 240...

De juillet à août, l'attention du monde était portée sur les Jeux olympiques de Londres, où plus de 10 500 athlètes de 204 comités olympiques nationaux étaient en compétition. Dans les coulisses, 150 scientifiques ont testé chaque jour jusqu'à 400 échantillons pour plus de 240 substances interdites. Leurs efforts se fondaient sur les résultats de l'équipe Growth Hormone-2004 (GH-2004), qui a mis au point un test pour l'abus de l'hormone de croissance dans les sports, avec le financement de l'Agence mondiale antidopage (AMA) et l'agence antidopage des États-Unis, et avec un soutien de UK Anti-Doping. Leur test a permis de mettre un frein aux pratiques de dopage, et a accueilli les éloges des représentants officiels tels que le président de l'AMA, John Fahey, qui a commenté: «Le nouveau test, qui a été approuvé par l'AMA, a été introduit pour la première fois avant les J.O. de Londres de 2012, et nous sommes confiants qu'il sera un outil significatif dans la lutte contre le dopage dans le sport. Il vient compléter le test utilisé depuis les J.O. d'Athènes de 2004, la différence majeure étant que la communauté antidopage possède désormais une ouverture de détection beaucoup plus large.» L'équipe GH-2004 a fondé ses travaux actuels sur la recherche antérieure de l'équipe GH-2000, qui a été principalement financée par l'Union européenne au titre du programme Biomed 2 et du Comité olympique international (COI). Le test actuel, mis au point par des scientifiques de l'université de Southampton, King's College de Londres et de l'université de Kent à Canterbury, est fondé sur la mesure de deux protéines dans le sang: le facteur-I de croissance de type insuline, et le pro-peptide terminal aminé du collagène de type III. Ces deux protéines, qui agissent en tant que marqueurs de l'utilisation de l'hormone de croissance, augmentent la réaction à l'hormone de croissance. Le test a été utilisé dans le laboratoire d'antidopage pour les J.O. de Londres ainsi que pour les Jeux paralympiques, où le 8 septembre 2012, le comité paralympique international a annoncé que deux haltérophiles avaient été exclus pour deux ans pour avoir enfreint la loi antidopage impliquant l'hormone de croissance. La décision a suivi la découverte défavorable d'un laboratoire par les analystes du King's College de Londres au laboratoire antidopage en utilisant le test des nouveaux marqueurs. Ce cas a créé une autre sorte de record olympique, une première mondiale en fait, étant donné que certaines des méthodes de test utilisées par les analystes ont été introduites très peu de temps avant les J.O de Londres. La nouvelle méthode a pu détecter l'abus de l'hormone de croissance humaine sur de nombreuses semaines, en comparaison aux méthodes utilisées précédemment, qui n'avaient détecté l'utilisation qu'au cours d'une période plus courte. Pour certains chercheurs, l'efficacité de leur test était la validation de leurs travaux. «Ces travaux prouvent que les années de recherche ont valu le coup. En partenariat avec l'université de Southampton et l'université de Kent, cela a été l'un des projets scientifiques les plus complexes dans lequel le centre de contrôle de médicaments de King's a été impliqué. Pouvoir mener ces tests aux Jeux de cette année était un énorme accomplissement. Cela représente un grand pas en avant pour rester à l'avant de la science antidopage, afin d'aider à détecter la mauvaise utilisation des médicaments dans les sports», affirmait le professeur David Cowan, responsable du Drug Control Centre au King's College London et directeur du laboratoire antidopage pour les Jeux de 2012. Andy Parkinson, chef de direction d'Anti-Doping au Royaume-Uni, a mis l'accent sur le fait que les travaux effectués par les analystes ont permis de détecter toute trace de dopage, et a également eu un effet dissuasif: «L'amélioration continue des tests scientifiques est fondamentale au mouvement mondial antidopage, assurant que les dopants sophistiqués et que ceux en passe d'être utilisés soient détectés. Je suis ravi que ce test mis au point en terre britannique, dans lequel mon équipe a été impliquée de près, ait été utilisé aux Jeux paralympiques de 2012 à si bon escient.» Richard Holt, professeur de diabète et endocrinologie à l'université de Southampton et également consultant en diabète à l'hôpital général de Southampton affirmait, «Nous sommes ravis de détenir encore un moyen efficace et fiable pour attraper les fauteurs et aider à détecter la mauvaise utilisation de cette hormone. Une énorme quantité de travail en équipe a permis de développer ce test et je suis ravi de voir que cette dévotion a finalement porté ses fruits. J'aimerais remercier l'agence mondiale antidopage, l'agence américaine contre le dopage et UK Anti-Doping pour leur soutien et leur confiance en notre travail.»Pour de plus amples informations, consulter: Equipe GH-2004 http://www.gh2004.soton.ac.uk/ Rapport sur le dopage dans le sport http://www.ukad.org.uk/what-we-do/report-doping