Skip to main content

Article Category

Results Pack

Article available in the folowing languages:

De nouvelles armes pour combattre la résistance aux antibiotiques

Un des plus grands défis auxquels est confrontée la médecine moderne est l’utilisation effrénée des antibiotiques, qui entraîne la résistance aux antimicrobiens (RAM) et le développement de «superbactéries», comme le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM), devenues extrêmement résistantes aux antibiotiques. Selon les chiffres officiels, la RAM est responsable d’environ 25 000 décès par an dans l’UE et coûte 1,5 milliard d’EUR en dépenses de soins de santé et en pertes de productivité.

Santé

Toutefois, la RAM n’a pas seulement une incidence sur le nombre de décès. La résistance aux médicaments signifie également que les personnes souffrent plus longtemps d’une infection, ce qui entraîne des complications médicales invalidantes comme une amputation et des lésions aux organes vitaux. En outre, la résistance s’accompagne de visites répétées chez le médecin, de plus longs séjours à l’hôpital et de plus longs traitements avec des médicaments plus chers. Lutter contre la RAM est donc une priorité essentielle de l’UE, qui, à travers le 7e PC et les programmes-cadres de Horizon 2020, fournit des millions d’euros de financement à des projets innovants destinés à contrer cette menace. L’objectif est de renforcer la recherche sur la RAM et de permettre à l’UE d’encourager activement une action à l’échelle mondiale et de jouer un rôle déterminant dans la lutte contre la RAM.

Un diagnostic plus rapide - une meilleure administration des médicaments

Ce Results Pack de CORDIS se concentre sur 13 projets financés par l’UE qui constituent le fer de lance de la recherche sur la RAM. L’initiative RAPID a ainsi créé un test génétique pour la Klebsiella pneumoniae, une bactérie multirésistante (MDR, multiple drug resistant) courante dans les infections en milieu hospitalier, alors que PNEUMOSIP a développé un dispositif de pointe pour analyser la RAM et accélérer le diagnostic de la pneumonie. En outre, PNEUMONP a mis au point un système théranostique pour le traitement des infections bactériennes à Gram négatif du poumon, et des nanotransporteurs pour une meilleure administration des médicaments. Le projet CYCLON HIT a également recouru à l’administration de médicaments sous forme de nanoparticules pour lutter contre la résistance aux antibiotiques développée par la tuberculose et les espèces bactériennes associées aux infections en milieu hospitalier.

Des mécanismes moléculaires et une médecine personnalisée

Le projet TRANSLOCATION a examiné les mécanismes cellulaires et moléculaires inhérents aux processus d’influx et d’efflux chez les bactéries à Gram négatif. SYNPEPTIDE a, quant à lui, généré différents peptides dotés de fonctions utiles pour l’industrie pharmaceutique. L’analyse structurelle de la liaison des antibiotiques aux ribosomes et aux agents pathogènes a été réalisée par NOVRIB pour créer des médicaments écologiques qui luttent contre la résistance aux antibiotiques. Pendant ce temps, DRUGS SENSE a mis au point de nouveaux biocapteurs basés sur les molécules d’ARN. Grâce à TAILORED TREATMENT, les cliniciens peuvent désormais prendre des décisions mieux informées sur le besoin et le type de traitement antimicrobien requis pour chaque patient. R-GNOSIS a conçu des interventions de pointe pour réduire la propagation des bactéries MDR à Gram négatif. Pour sa part, DRIVE-AB transformera la recherche et le développement pour garantir que les nouveaux antibiotiques sont utilisés de manière durable et qu’ils répondent aux besoins en matière de santé publique. Enfin, AIDA réévalue l’efficacité d’anciens antibiotiques pour les utiliser à l’avenir.

Results Packs connexes