Skip to main content

Statistical learning and second language acquisition: individual differences and neurobiological underpinning.

Article Category

Article available in the folowing languages:

L’identification des schémas linguistiques et les différences d’apprentissage entre les individus

Pourquoi certaines personnes maîtrisent-elles rapidement les langues tandis que d’autres éprouvent des difficultés? Le projet INDIV-STAT a utilisé la neuro-imagerie et des tests psychométriques plus efficaces pour mieux comprendre ce phénomène.

Société

Le projet INDIV-STAT, soutenu par l’UE, a approfondi cette question en explorant comment l’apprentissage implicite des modèles aide les individus à apprendre de nouvelles langues. La chercheuse Louisa Bogaerts, supervisée par Ram Frost, professeur de psychologie de l’Université hébraïque de Jérusalem, en Israël, a enquêté sur la façon dont les individus repèrent les modèles de discours continu et les flux de symboles visuels. Soutenu par le programme Marie Skłodowska-Curie, Louisa Bogaerts a utilisé des tâches expérimentales interactives et a varié la cohérence des schémas linguistiques, en introduisant certains schémas avec des exceptions et d’autres avec davantage d’exceptions, pour étudier la capacité des individus à apprendre à travers l’observation de motifs. L’apprentissage des motifs est considéré comme un élément important pour apprendre une nouvelle langue et un nouveau système d’écriture, car ils se caractérisent par un large éventail de régularités statistiques. En langue écrite, certaines lettres sont plus susceptibles de doubler et certains groupes de lettres sont communs. Par exemple, en anglais, il y a peu de lettres doublées au début d’un mot et le groupe de lettres «ST» est commun, alors que «XK» ne l’est pas. «Il a été prouvé qu’il existe une relation étroite entre la capacité des personnes à identifier les motifs statistiques en saisie visuelle et leur capacité à apprendre à lire et à écrire en hébreu», explique Ram Frost. «Au sein d’INDIV-STAT, nous avons approfondi notre compréhension des mécanismes sous-jacents que partagent ce que l’on appelle l’apprentissage statistique et l’acquisition d’une nouvelle langue et d’une nouvelle écriture.»

Le génie des motifs

Les chercheurs expliquent qu’INDIV-STAT n’a pas complètement percé le mystère lié au fait que certains apprennent mieux les langues étrangères, mais qu’il a progressé dans la compréhension de la façon dont certains apprennent les motifs de base et caractérisent ces motifs présents dans les systèmes d’écriture. «Nous avons établi que les individus apprennent très rapidement des motifs simples et très cohérents par saisie visuelle, avec des signes d’apprentissage déjà présents après trois répétitions d’un motif», explique Louisa Bogaerts. «Mais les motifs dans les systèmes d’écriture sont beaucoup plus subtils. Afin de comprendre les différences individuelles dans l’assimilation d’une nouvelle langue, nous devrons étudier comment ces types de régularités, beaucoup plus complexes et volumineuses, sont appris.» Les résultats d’INDIV-STAT remettent en question les techniques de mesure précédentes. «De nombreux chercheurs dans notre domaine ont utilisé des tâches qui ne permettent pas d’obtenir une évaluation fiable d’un participant individuel», déclare Louisa Bogaerts. Plusieurs nouvelles études utilisent maintenant ses tâches psychométriques améliorées. INDIV-STAT s’appuie sur des techniques de neuro-imagerie comme l’électroencéphalographie, qui mesure l’activité électrique dans le cerveau, pour comprendre ce qui est appris au cours de l’apprentissage statistique et si les gens font des prédictions sur les événements linguistiques à venir. «Nous avons constaté qu’un schéma spécifique d’activité cérébrale rythmique lors de l’exposition à des schémas pouvait prédire de manière fiable la mesure dans laquelle les individus avaient appris ces schémas à la fin de l’expérience», déclare Louisa Bogaerts. L’équipe a établi un autre fait intéressant, à savoir que différentes personnes peuvent faire des choses différentes lorsqu’elles apprennent des motifs. «Certains apprennent les transitions: A passe à B. D’autres apprennent l’ensemble de l’unité ABCD comme s’il s’agissait d’un mot écrit», explique Louisa Bogaerts. Les chercheurs prévoient d’effectuer davantage de tests pour sonder les secrets des performances individuelles en matière d’apprentissage des langues. Les résultats futurs pourraient faire évoluer l’enseignement des langues et la façon dont nous abordons les langues étrangères.

Mots‑clés

INDIV-STAT, motif, langues étrangères, hébreu, apprentissage statistique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application