Skip to main content

Cost advantageous and scalable drone alarm and protection system for urban contexts

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une technologie de brouillage qui neutralise les drones menaçants en toute sécurité

Les drones sont partout, et certains sont dangereux. Désormais les autorités sont en mesure de nous protéger de tous ceux qui semblent menaçants.

Économie numérique
Sécurité

Les drones sont de petits aéronefs télécommandés à voilure fixe ou de type hélicoptère. Autrefois limités aux applications militaires, les drones ont fait irruption sur le marché civil. Ils sont surtout utilisés comme plateformes pour appareil photo, mais également de plus en plus à des fins de livraisons. L’essor du marché des drones civils soulève des préoccupations en matière de sécurité et de protection de la vie privée. Le même drone qui livre une pizza ou un colis pourrait également transporter une charge utile à des fins terroristes. Ce danger est bien réel. Par exemple, au cours de la seule année 2015, on recense plus de 30 cas d’utilisation de drones pour faire entrer clandestinement des produits de contrebande dans les prisons britanniques. En 2016, Daech a utilisé des drones de qualité grand public pour la surveillance et le largage de bombes. De nombreuses autres atteintes à la sécurité et de nombreux incidents se sont déjà produits, notamment dans les aéroports. Les autorités chargées de la sécurité ont besoin d’un moyen de neutraliser les drones menaçants tout en permettant une utilisation confirme à la loi. C’est ce que va permettre le projet KNOX, financé par l’UE. L’équipe du projet a optimisé sa technologie, en a fait la démonstration dans le cadre d’opérations réelles et a préparé le système en vue d’une commercialisation.

Matériel de brouillage

KNOX détecte les drones en approche. Il s’agit en général d’un dispositif monté sur poteau qui se pose autour des installations sécurisées. Sa flexibilité et son évolutivité lui permettent d’être utilisé également dans d’autres types de configurations, par exemple d’être installé sur des murs d’enceinte. Il est composé de détecteurs radio (baptisés Watchdogs), de brouilleurs radio (Dobermans), d’un système de radar (The Eagle), et d’un système de contrôle (Iris/Argos). Les Watchdogs se placent autour du bâtiment et The Eagle au centre du réseau. Les Watchdogs balayent chacun un angle de 60 degrés, à la recherche de signaux entre le contrôleur et le drone. The Eagle balaie à 360 degrés pour détecter les hélices et suivre la trajectoire de vol. Si un drone s’approche trop près, le Doberman brouille les fréquences radio de contrôle. «Le brouillage est illégal dans la plupart des pays, sauf si vous faites partie de la police ou de l’armée», explique la coordinatrice du projet Nanna Tribler de la société de coordination MyDefence. Et même dans ce cas, il peut être difficile d’obtenir une autorisation. Même si l’équipe connaissait les restrictions imposées par le Danemark en matière d’approbation avant de commencer le projet, ces dernières ont tout de même quelque peu limité les recherches. Néanmoins, les chercheurs ont obtenu des permis spéciaux pour mener des essais dans une base militaire danoise, et des autorisations moins contraignantes en Finlande et en Israël, où la recherche sur le brouillage est moins contrôlée.

Des essais probants

Malgré les obstacles, l’équipe KNOX a testé avec succès le système dans plus de 200 situations réalistes, y compris autour de prisons et sur d’autres sites, comme des postes de police, des stades, des centres-villes et des installations militaires. Le système a également été monté sur des véhicules appartenant à l’armée. Les tests ont permis d’empêcher avec succès que des drones non autorisés pénètrent dans des espaces sécurisés. «Notre approche du brouillage est maintenant la plus compacte du marché et s’est avérée très efficace avec un minimum de dommages collatéraux», rapporte Mme Tribler. À partir de ces tests, les chercheurs ont mis au point un ensemble de procédures opérationnelles. L’étude a également identifié qu’il était nécessaire de déclarer et de contrôler le trafic aérien pour tous les drones, ainsi que de disposer d’une réglementation généralement plus stricte. Les chercheurs vont plaider en faveur de telles mesures auprès des autorités compétentes de l’UE. Après la réussite des essais, les membres du projet envisagent de demander un financement dans le cadre de la phase 3 de l’initiative Instrument PME mise en place par l’UE. Dans l’intervalle, le développement du système se poursuit. L’étude de marché du projet a révélé de nouvelles possibilités potentielles au sein de l’industrie européenne de la défense. À terme, KNOX sera mis sur le marché comme un système antidrone commercial de pointe. Sa disponibilité sur le marché donnera aux autorités chargées de la sécurité un accès à des options jusqu’ici inexistantes pour neutraliser les drones menaçants. Cela se traduira par une sécurité et une sûreté accrues pour les Européens.

Mots‑clés

KNOX, drone, brouillage, militaire, sécurité, menace, fréquences radio, défense

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application