Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Recruter des micro-organismes dans les traitements des eaux usées

Plus d’un milliard de personnes à travers le monde n’a pas accès à l’eau potable, tandis que deux milliards de personnes n’ont pas accès à des installations adéquates d’assainissement. Une initiative de l’UE est là pour résoudre ce problème grâce à un système d’assainissement modulaire utilisant des micro-organismes.

Économie numérique
Technologies industrielles
Alimentation et Ressources naturelles

Dans l’UE, 75 à 90 % de la population est relié à des réseaux d’assainissement et à des systèmes de traitement. En dépit de la directive‑cadre sur l’eau de l’UE, environ 20 millions de personnes vivant en milieu rural n’ont toujours pas accès à des systèmes d’assainissement adéquats.

Un système de purification modulaire

Le projet INNOQUA a mis au point un système modulaire exploitant le potentiel des vers de terre, du zooplancton et des microalgues pour traiter les eaux usées dans des environnements urbains et ruraux. Ce système réunit quatre technologies, à savoir la lombrifiltration, la daphniefiltration, la purification biosolaire et l’irradiation UV. «Les systèmes de purification naturels ont été utilisés pendant des années pour améliorer la qualité des eaux usées avant de les déverser ou de les réutiliser», explique Germain Adell, coordinateur du projet et directeur adjoint du centre de recherche NOBATEK/INEF4, partenaire coordinateur du projet. Le lombrifiltre se compose d’une couche de copeaux contenant des vers de terre et des bactéries qui digèrent les matières organiques, évitant ainsi la production de déchets. Le daphniefiltre est basé sur l’action des espèces Daphnia pour réduire les matières solides suspendues et les bactéries pathogènes, tandis que l’unité de purification biosolaire utilise la lumière du soleil et le CO2 dans des bioréacteurs spécifiques pour dégrader les déchets organiques et détruire efficacement les contaminants fécaux. Parallèlement, pour permettre de réutiliser l’eau traitée pour l’irrigation, le système de purification des eaux usées INNOQUA peut détruire les agents pathogènes grâce à l’irradiation UV.

Les avantages d’INNOQUA

Étant donné qu’INNOQUA repose sur la capacité de purification des organismes biologiques, il n’émet quasiment pas de CO2 et fournit ainsi une capacité d’assainissement écologique, sûre et abordable qui est adaptable à différentes conditions environnementales. Le module du lombrifiltre ne produit aucun effluent, et en comparaison aux systèmes traditionnels, il requiert des niveaux très faibles de maintenance et de consommation énergétique, en réduisant ainsi l’impact environnemental d’INNOQUA. Plus important, la configuration modulaire de ce système répond aux besoins de traitement de l’eau des zones dépourvues d’installations centralisées pour la collecte et le traitement des eaux usées. INNOQUA peut être développé à plus grande échelle et sa configuration peut être adaptée aux contextes et aux marchés locaux. Ce système peut également être mis en œuvre dans des installations décentralisées, des communautés en situation de stress hydrique ou dans des pays en développement, afin de réduire la pression sur les réseaux de collecte des eaux usées vieillissants tout en soutenant une croissance démographique durable en réduisant la consommation en eau et en énergie. «En tenant compte des contraintes économiques auxquelles sont confrontées ces zones rurales et ces pays en développement, il est d’importance capitale que les systèmes de traitement des eaux usées soient abordables avec des coûts de mise en œuvre minimes», souligne M. Adell.

La performance et la mise en œuvre du système

À la suite du développement et de tests d’unités à l’échelle du laboratoire, les partenaires du projet ont créé deux prototypes en Espagne et en Irlande, où les quatre technologies ont été associées pour traiter les eaux usées dans le cadre de bancs d’essai dans des conditions contrôlées. Lors de la phase de démonstration, le système INNOQUA a été installé dans des conditions réelles sur onze sites à travers dix pays. Le test d’un large éventail de climats, de types d’eaux usées et de pression a jusqu’à présent engendré d’excellents résultats de performance. Selon M. Adell, «INNOQUA peut apporter une alternative sérieuse aux solutions d’assainissement existantes pour différents contextes». Hormis l’UE, des pilotes prototypes sont en cours d’exécution en Afrique, en Asie et en Amérique latine, et les gouvernements et les différents acteurs du secteur de l’eau expriment déjà un vif intérêt pour le sujet. Les prochaines étapes consistent à achever l’industrialisation du système et à procéder à une stratégie commerciale claire pour commercialiser le produit. Une série de vidéos aidera à communiquer sur le système INNOQUA à travers le monde et à avoir un impact sur les vies de milliers de personnes.

Mots‑clés

INNOQUA, eaux usées, assainissement, micro‑organismes, purification biosolaire, irradiation UV, lombrifiltration, daphniefiltration, traitement des eaux usées

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application