Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Stimuler le potentiel de recherche et d’innovation de l’UE grâce à un écosystème de calcul avancé

Plusieurs projets scientifiques, dans des domaines allant de la sismologie à la cryptographie, sont menés à bien grâce à des systèmes européens de calcul à haute performance (CHP) de calibre mondial.

Économie numérique

Généralement utilisé pour résoudre des problèmes complexes à travers la modélisation, la simulation et l’analyse, le CHP est crucial pour l’avancement de la recherche en sciences et en ingénierie. Grâce au Partenariat pour le calcul avancé en Europe (PRACE), une infrastructure de recherche paneuropéenne permanente pour le CHP, les scientifiques et les chercheurs des universités et de l’industrie ont accès à des supercalculateurs dans toute l’Europe. Ils utilisent ces systèmes pour réaliser des découvertes scientifiques à portée majeure et pour la recherche et le développement en ingénierie. Dans le cadre des phases de mise en œuvre du PRACE depuis 2010, qui impliquent le déploiement financé par l’UE de ses services CHP, les scientifiques et les chercheurs ont bénéficié de plus de 21 milliards d’heures de temps de calcul. Ils ont réussi à obtenir des résultats remarquables grâce à des simulations à grande échelle de phénomènes naturels et de systèmes techniques, et à des analyses de grands ensembles de données dans diverses disciplines. L’une des chercheuses, la Dr Alice-Agnes Gabriel, du département de géophysique des sciences de la terre et de l’environnement de l’Université Ludwig-Maximilian de Munich, a remporté le prix PRACE Ada Lovelace 2020 pour le CHP en raison de ses contributions remarquables et de son impact sur le calcul à haute performance en Europe. Le prix est décerné à la mémoire de la mathématicienne et auteure anglaise Augusta Ada King, comtesse de Lovelace (1815-1852), connue pour ses travaux sur le projet d’ordinateur mécanique polyvalent de Charles Babbage. Citée dans un document sur le site web du projet, Núria López, présidente du comité scientifique directeur du PRACE, déclare: «La Dr Alice-Agnes Gabriel utilise des simulations numériques couplées à des observations expérimentales pour accroître notre compréhension de la physique sous-jacente des tremblements de terre. Les travaux portent sur de grandes échelles et peuvent améliorer nos connaissances et notre sécurité face à ces phénomènes naturels». La Dr Gabriel a également contribué au projet ExaHyPE (An Exascale Hyperbolic PDE Engine), financé par l’UE, qui s’est achevé en septembre 2019. De plus, elle participe également au projet ChEESE (Centre of Excellence for Exascale in Solid Earth) en cours.

Un jalon de la cryptographie

Parmi les différents projets scientifiques soutenus par le PRACE, un projet ayant bénéficié de 32 millions d’heures de calcul assurées par le supercalculateur allemand JUWELS a franchi une étape importante pour le CHP dans le domaine de la cryptographie, comme l’explique un communiqué de presse. Baptisé «New Records for Integer Factorization and Discrete Logarithm», le projet a battu deux records de factorisation RSA. RSA (Rivest-Shamir-Adleman) fait référence à une technologie de cryptage à clé publique qui est largement utilisée pour la transmission sécurisée de données. Selon le même communiqué de presse, «une équipe de scientifiques européens dirigée par Paul Zimmermann de l’INRIA, France, a annoncé avoir calculé la plus grande taille de clé RSA (RSA-240) jamais réalisée, ainsi que le plus grand logarithme discret d’un entier jamais obtenu (795 bits).» Et il ajoute: «Cette réalisation est d’autant plus remarquable que l’exploit va au-delà de la loi de Moore: compte tenu des améliorations actuelles du matériel, il aurait fallu attendre quelques années de plus pour obtenir ce résultat. Des améliorations apportées au logiciel qui effectue le crible des corps de nombres et aux algorithmes ont permis de battre les deux records en même temps, et de contourner la loi de Moore.» Le PRACE en est à sa sixième phase de mise en œuvre dans le cadre du projet PRACE-6IP (PRACE 6th Implementation Phase Project). L’objectif de PRACE-6IP est de poursuivre et d’étendre la portée du PRACE à des activités nouvelles et collaboratives proposées par le consortium. Il propose des programmes sur mesure de formation et de développement des compétences, et prépare également des stratégies et des meilleures pratiques pour développer le calcul exaflopique via des solutions logicielles innovantes. Le PRACE compte 26 membres représentant les États membres de l’UE et des pays associés. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet PRACE-6IP

Pays

Allemagne

Articles connexes

Progrès scientifiques
Économie numérique
Santé

10 Avril 2018