Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les biopesticides peuvent stimuler l’approvisionnement alimentaire mondial et rendre l’agriculture plus verte, plus sûre et plus efficace

Les produits naturels innovants développés dans l’Union européenne écartent les impacts nocifs associés aux pesticides synthétiques.

Alimentation et Ressources naturelles

Actuellement, jusqu’à 35 % des pertes de rendement agricole sont dues à des organismes nuisibles. Surmonter ce problème contribuerait donc grandement à stimuler l’approvisionnement alimentaire mondial. Depuis les années 1930, les pesticides synthétiques ont été largement utilisés pour tenter de lutter contre les organismes nuisibles, mais ces moyens génèrent un grand nombre de problèmes environnementaux, écologiques et sanitaires. Ces problèmes varient des irritations cutanées aux lésions du système nerveux, en passant par des problèmes de fertilité et, jusqu’à dans certains cas rares, la mort. L’Union européenne a pris des mesures cruciales pour améliorer la réglementation et l’utilisation des pesticides; beaucoup ont été bannis du marché. De nouvelles solutions sont nécessaires. Une autre approche prometteuse repose sur les «biopesticides», des produits moins toxiques qui se décomposent facilement dans l’environnement. Le projet DISPERzero, dirigé par la firme espagnole Indalva, travaille à mettre sur le marché une nouvelle gamme de biopesticides avec un type de technologie innovante, créant des insecticides et des fongicides n’ayant aucun impact négatif sur la santé humaine ou l’environnement. «L’objectif principal du projet DISPERzero repose sur le développement commercial d’une gamme de quatre biopesticides formulés avec un type de technologie spécial», explique Pablo Baeza, directeur technique de DISPER chez Indalva et coordinateur du projet DISPERzero. Il s’agit notamment d’un fongicide à large spectre, d’un fongicide pour l’oïdium (mildiou poudreux), d’un insecticide à large spectre et d’un acaricide (un pesticide principalement utilisé contre les acariens). Selon M. Baeza, les produits présentent également des avantages, tant au niveau environnemental qu’au niveau de la santé humaine. Ils permettent de réduire la pollution par les transports et d’améliorer la sécurité de l’utilisateur, en supprimant le risque d’inhalation et en garantissant une solubilité de 100 %.

Une solution naturelle

Les biopesticides sont des produits phytosanitaires développés à partir de composés naturels. En tant que tels, ils sont exempts de toute substance nuisible à l’agriculteur ou au consommateur final. «À court terme, l’efficacité des biopesticides peut être légèrement inférieure à celle des pesticides synthétiques, car ils ne génèrent pas un effet de choc aussi important. Mais à moyen et long terme, les avantages pour la productivité agricole sont immenses. Ils évitent la dégradation des sols, respectent la faune auxiliaire et réduisent la résistance aux organismes nuisibles, contrairement aux pesticides synthétiques», explique M. Baeza.

Des granules intelligents

L’équipe de DISPERzero a mis au point une technologie innovante connue uniquement sous le nom de WSG-FB, qui leur permet de créer des biopesticides sous forme de granules solides. Les granules présentent plusieurs avantages. Par rapport aux liquides, le volume de produit transporté peut être réduit, réduisant ainsi les coûts environnementaux et financiers associés. L’application est simple et le dosage de chaque produit peut également être abaissé. Les déchets plastiques associés à d’autres pesticides peuvent être éliminés et, comme ils ne contiennent pas d’eau, la conservation du produit est garantie. Les granules de biopesticides ne contiennent pas de poussière, ce qui réduit le risque d’inhalation par l’agriculteur lors de la manipulation. «Il existe un mécanisme d’auto-dissolution exclusif qui garantit que le produit ne produit pas de grumeaux ou de précipitations pendant son utilisation, ce qui maintient l’équipement d’irrigation en parfait état», explique M. Baeza. Le marché des biopesticides est évalué à environ 2,4 milliards d’euros et devrait croître en moyenne de 14,1 % par an jusqu’en 2025. «Nous sommes actuellement dans la phase de développement chimique et agronomique d’autres produits pour lutter contre des organismes nuisibles et des maladies spécifiques par culture, dans le but de continuer à offrir des outils durables aux agriculteurs», explique M. Baeza.

Mots‑clés

DISPERzero, biopesticides, technologie, sécurité, efficacité, alimentation, approvisionnements, agriculture, santé

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application