Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une technologie de surveillance de l’état des lignes garantit le retour à terre de l’électricité éolienne

Malgré les énormes progrès réalisés en matière de taille et de puissance des éoliennes, toute l’électricité produite est inutile si elle ne peut pas être transportée vers la terre et injectée dans le réseau. Un service pionnier de télésurveillance de l’état structurel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 prévoit d’y veiller.

Économie numérique
Énergie

Les parcs éoliens en mer ont fait du chemin depuis le site installé pour la première fois au large des côtes danoises en 1991. Le marché a connu une croissance de près de 30 % par an entre 2010 et 2018. Toutefois, le secteur est aujourd’hui encore loin d’exploiter pleinement son potentiel de production, estimé à 420 000 térawattheures (TWh) par an à l’échelle mondiale, soit plus de 18 fois la demande mondiale d’électricité actuelle). Un des défis clés pour les opérateurs se trouve sous la mer, dans les câbles sous-marins à haute tension qui transportent l’électricité vers la terre. Le projet SENTRY, financé par l’UE, a mis au point une technologie sophistiquée de surveillance à distance en temps réel pour réduire au minimum les périodes d’arrêt, les coûts de maintenance et de réparation, et les pertes de revenus.

Réduire les risques, une activité risquée

Selon le chef de projet Marc Glenn de EDS HV Group, «les câbles sous-marins reliant l’éolienne à une station d’approvisionnement en mer puis à la terre ferme peuvent désormais atteindre 100 km de long. Ils sont enfouis dans un environnement dangereux avec des sables mouvants, des vagues océaniques, un fond marin en mouvement, et même des ancres de navires ou des filets de pêche». Au moins 10 défaillances de câbles sous-marins sont déclarées aux assureurs chaque année, et les sinistres en 2015 représentent 77 % du coût total mondial des pertes de l’année des parcs éoliens offshore. Il existe toute une série d’outils de surveillance de l’état des câbles, que complètent des inspections périodiques peu fréquentes et coûteuses. Dans ces conditions, l’impact financier des pannes reste un défi majeur pour le secteur, et influe fortement sur la compétitivité des opérateurs et sur l’enthousiasme des investisseurs.

Minimiser les investissements, maximiser les résultats

La détection acoustique distribuée (DAS) consiste à convertir une fibre optique standard en un ensemble de capteurs acoustiques. C’est ce processus que SENTRY a exploité en tirant parti des câbles à fibres optiques destinés à la communication et à la surveillance déjà intégrés dans les lignes électriques sous-marines. Avec le soutien et la collaboration d’Optasense, spécialiste de la DAS, et de nombreux partenaires qui ont participé à la validation de cette technologie en apportant leur expertise, l’équipe a mis au point CableSENTRY™. Ce système permet de transformer les câbles à fibres optiques en milliers de capteurs rentables capables de détecter de multiples scénarios de pré-défaillance ou de panne. Grâce à CableSENTRY™, il est possible de mettre en place une surveillance en temps réel, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, depuis la salle de contrôle d’EDS Belfast. Marc Glenn explique: «En cas de rupture de fibre, EDS peut, en quelques minutes, communiquer au client l’identifiant et les coordonnées GPS du câble haute tension du parc éolien avec une précision pouvant atteindre 10 m, ce qui minimise le dépannage nécessaire et maximise le temps de fonctionnement, renforçant ainsi la fiabilité et la durabilité de ce secteur.» L’équipe a déposé un brevet pour son dispositif innovant et prometteur.

Promouvoir les mégadonnées, étendre les applications

Marc Glenn ajoute: «Nous avons découvert pas moins de 33 flux de données potentiels qui pourraient être utilisés pour analyser l’état structurel des câbles.» L’équipe SENTRY travaille désormais en étroite collaboration avec IBM sur l’agrégation des données tout en ouvrant la voie à l’utilisation de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage machine afin de mettre au point un outil complet d’aide à la décision. «Nos services permettent de réduire considérablement les temps d’arrêt de la production. En améliorant l’efficacité de l’industrie des énergies renouvelables offshore, nous marquons le pas dans la lutte contre le changement climatique», conclut Marc Glenn. «Quelle que soit la force des vents, sans le câble d’exportation qui amène l’électricité vers la terre ferme, celle-ci ne peut pas être transformée en énergie verte et propre.» Grâce à CableSENTRY™, l’industrie de l’énergie éolienne s’attaque à de nouveaux sommets.

Mots‑clés

SENTRY, câble, vent, CableSENTRY, offshore, parc éolien, surveillance de l’état structurel, haute tension, câble sous-marin, capteurs, fibre optique, détection acoustique répartie

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application