CORDIS
Résultats de la recherche de l’UE

CORDIS

Français FR

IMPACT TB: Implementing proven community-based active case finding interventions in Vietnam and Nepal

Informations projet

N° de convention de subvention: 733174

État

Projet clôturé

  • Date de début

    1 Janvier 2017

  • Date de fin

    31 Decembre 2019

Financé au titre de:

H2020-EU.3.1.6.

  • Budget total:

    € 4 912 423,75

  • Contribution de l’UE

    € 4 912 423,75

Coordonné par:

LIVERPOOL SCHOOL OF TROPICAL MEDICINE

Français FR

Aider les décideurs politiques à mieux aborder la question de la TB

La tuberculose (TB) est responsable de la mort de 3 000 personnes chaque jour, et plus de 1 000 individus la contractent chaque heure. Un projet soutenu par l’UE détecte et traite les cas de TB au Népal et au Viêt Nam pour accélérer les progrès en matière d’éradication de la maladie.

Santé
© Mr Manoj Kumar Sah

Parmi ceux qui contractent la TB, on trouve en vaste majorité les membres les plus défavorisés de nos sociétés, dont l’accès aux soins de santé est souvent limité et dont les ressources ne suffisent pas à prendre en charge la pathologie. Environ 60 % des 10 millions de cas annuels de TB dans le monde font leur apparition en Asie. À l’instar de toute maladie contagieuse, la meilleure façon de contrôler la TB est d’allier la vaccination au traçage des individus infectés, puis de traiter chaque cas afin de réduire la transmission. En vue de déterminer l’approche la plus efficace, le projet IMPACT TB, soutenu par l’UE, a collaboré avec des communautés au Népal et au Viêt Nam. «Le dépistage actif des cas ainsi que les réseaux diagnostiques représentent la base du contrôle de toute épidémie de maladie infectieuse, et le réseau de machines GeneXpert que nous avons installé pour IMPACT TB est également utilisable pour la surveillance du coronavirus au sein de la communauté», explique Maxine Caws, chercheuse principale de IMPACT TB. Le projet a détecté et traité plus de 2 000 cas de TB. «Nous disposons de deux modèles éprouvés de dépistage actif des cas et de soins pour les patients atteints de TB au Viêt Nam et au Népal. À travers le projet IMPACT TB, nous avons souhaité déployer ces stratégies à plus grande échelle et recueillir des données pour alimenter un cadre basé sur les preuves, avec pour objectif une application au niveau national», indique Maxine Caws. Le Népal et le Viêt Nam ont été sélectionnés pour la mise en œuvre du projet IMPACT TB dans la mesure où les organismes Birat Nepal Medical Trust au Népal et Friends of International TB Relief au Viêt Nam ont une expérience significative et éprouvée dans le pilotage de dépistages actifs des cas de TB au sein de la communauté. Les deux pays sont fortement touchés par la TB et constituent respectivement des pays asiatiques à faible revenu (Népal) et à revenu intermédiaire (Viêt Nam).

Prouver qu’il est utile d’investir dans le traçage

«Nous devons prouver que l’argent investi a un réel impact sur la gestion de la TB, de manière à motiver les investissements dans le dépistage actif des cas de cette maladie. Les gouvernements doivent connaître le coût d’un déploiement de cette approche à plus grande échelle, et quelles sont les ressources et les infrastructures nécessaires pour une mise en œuvre efficace», explique Maxine Caws. Le projet a généré et analysé des données pour mettre au point des notes d’orientation en coopération avec l’Institut Karolinska, un consortium partenaire, afin d’aider les programmes nationaux de lutte contre la TB à adopter des stratégies de dépistage des cas optimisées et réalistes.

Des étapes concrètes pour permettre le dépistage actif des cas

Le plan stratégique national népalais vise à découvrir 20 000 nouveaux cas d’ici 2025. «Notre travail a permis de dégager la voie vers cet objectif», indique Maxine Caws. Le projet a montré comment le dépistage actif des cas pouvait réduire le fardeau financier de la maladie sur les patients atteints de TB et leurs familles, et comment les services de santé pouvaient optimiser la stratégie de réduction des coûts pour leurs gouvernements. Le projet a mis en évidence les groupes de population prioritaires, afin d’optimiser la stratégie, et a démontré la valeur du test avancé GeneXpert dans les centres de santé présents au sein des communautés. «Nous avons également souligné le besoin de créer des synergies entre les programmes nationaux de lutte contre la TB, les groupes communautaires du Fonds Mondial, ainsi que les services de santé gouvernementaux dans chaque district», affirme Maxine Caws. Au Viêt Nam, le projet a montré que le dépistage basé sur des radiographies thoraciques permet de détecter la TB chez de nombreuses personnes qui ne présentent pas les symptômes classiques tels que la toux. Ainsi, l’une des recommandations du projet est d’optimiser les services de radiographie existants en invitant la population à risque à se faire dépister gratuitement ou de manière subventionnée, mais également à élargir les heures d’ouverture des cabinets pour permettre un plus grand nombre de dépistages. Le projet a déjà permis d’étendre l’utilisation du dépistage actif des cas au sein des programmes nationaux de lutte contre la TB, et les résultats de IMPACT TB contribueront à la révision des directives de l’Organisation mondiale de la santé en 2020.

Mots‑clés

IMPACT TB, Népal, Viêt Nam, dépistage actif des cas, dépistage, tuberculose

Informations projet

N° de convention de subvention: 733174

État

Projet clôturé

  • Date de début

    1 Janvier 2017

  • Date de fin

    31 Decembre 2019

Financé au titre de:

H2020-EU.3.1.6.

  • Budget total:

    € 4 912 423,75

  • Contribution de l’UE

    € 4 912 423,75

Coordonné par:

LIVERPOOL SCHOOL OF TROPICAL MEDICINE