Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Le projet DEEDS présente des arguments transversaux en faveur de la décarbonation

Alors que l’UE s’achemine timidement vers l’après-confinement, le pacte vert pour l’Europe est plus que jamais d’actualité. Devrions-nous le mettre de côté et revenir au statu quo, ou devrions-nous plutôt considérer la pandémie de coronavirus comme une occasion unique de créer une économie plus verte et plus résiliente? Bien qu’il reste encore beaucoup de choses sur lesquelles nous devons discuter et nous mettre d’accord, le projet DEEDS a préparé le terrain pour les partisans du pacte vert.

Changement climatique et Environnement

Les efforts déployés dans le cadre du projet DEEDS (DialoguE on European Decarbonisation Strategies) tournent essentiellement autour de deux objectifs: rassembler les meilleures connaissances sur les stratégies de décarbonation, la technologie et l’innovation; et discuter et diffuser ces connaissances avec les parties prenantes des autorités publiques, de l’industrie, des ONG et des centres de recherche. Pour y parvenir, le projet a réuni un réseau de scientifiques de premier plan et une base de connaissances issues de projets de recherche liés aux trajectoires de décarbonation européennes. Ensemble, ils ont soutenu le groupe de haut niveau (GHN) de l’initiative sur les trajectoires de décarbonation européennes (EDPI) dans la rédaction de son rapport final. Le rapport commence là où l’accord de Paris s’est arrêté. Il fournit les moyens nécessaires à sa réalisation sous la forme de recherche et d’innovation (R&I) pour accélérer et favoriser l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre – tout en améliorant la compétitivité de l’économie de l’UE.

Réorientation des tâches et engagement des parties prenantes

Bien que le projet DEEDS ait existé avant la première conception du pacte vert pour l’Europe, l’accent qu’il met sur la mise en place d’une économie respectueuse du climat le rend particulièrement pertinent à l’heure actuelle. Comme l’explique Adriaan Slob, chercheur principal à TNO et coordinateur du projet: «Il y a deux grands défis à relever. Tout d’abord, l’idée d’une société neutre sur le plan climatique n’a pas encore été pleinement adoptée, comme on peut le constater dans les débats actuels. En raison de circonstances spécifiques dans certains États membres et de la crainte des conséquences des mesures pro-environnementales, il est nécessaire de faire appel à la recherche et à l’innovation pour mieux comprendre les voies technologiques possibles et quantifier leurs impacts. Ensuite, nous savons que la conception des trajectoires de décarbonation se heurte à de nombreuses incertitudes. Les trajectoires doivent être constamment contrôlées et évaluées au regard de nouvelles perspectives et évolutions.» Le rapport du groupe de haut niveau aborde en particulier le premier défi en fournissant des recommandations de R&I pour la décarbonation de la société et de l’économie européennes, en examinant par exemple: la production d’énergie, la mobilité, l’industrie, l’agriculture, les villes, le financement vert, ainsi que l’innovation (sociale) et les modes de vie. «Après la publication du rapport du groupe de haut niveau en novembre 2018, nos tâches se sont orientées vers la discussion de chaque chapitre dans le cadre d’un atelier dédié auquel ont participé d’importantes parties prenantes européennes. Nous avons ainsi pu tester leur adhésion au raisonnement et aux recommandations des chapitres», explique M. Slob. «Les parties prenantes ont pu soumettre leurs idées, mais nous avons surtout remarqué un soutien important pour les recommandations.»

Recommandations politiques pour un avenir décarboné

Il est prévu que le projet DEEDS se termine en septembre 2020, et l’équipe élabore actuellement des notes d’orientation sur la base du rapport du groupe de haut niveau et des résultats de l’atelier. Selon M. Slob, trois d’entre elles sont particulièrement innovantes. «Les thèmes de l’innovation sociale, des villes, de l’innovation et du financement sont généralement laissés de côté dans les discussions sur les stratégies de décarbonation. En outre, notre atelier “Transformation vers une société neutre sur le plan climatique – le rôle des indicateurs au-delà du PIB” a également introduit un élément nouveau dans les discussions.» Il est intéressant de noter que, dans le rapport connexe, le consortium du projet demande que les décisions politiques soient éclairées par un ensemble plus complet d’indicateurs que les seuls indicateurs économiques. En surveillant le bien-être au sens large (santé, éducation, qualité de l’environnement, etc.), l’équipe suggère que des politiques mieux étayées pourraient être créées, générant un plus grand soutien de la part des citoyens. Les conclusions et recommandations du projet DEEDS peuvent aider les gouvernements à sélectionner des activités de R&I alignées au pacte vert. D’une manière générale, elles pourraient les aider à œuvrer pour un avenir plus résilient, plus durable et plus prospère – tout en anticipant et en minimisant les effets négatifs potentiels sur la société et les entreprises.

Mots‑clés

DEEDS, décarbonation, pacte vert, accord de Paris, financement, innovation sociale, citoyens

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application