Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

TENDANCES SCIENTIFIQUES: Les masques représentent-ils le nouveau visage de notre société? La science et le panorama changeant de l’expression humaine

Puisque les masques deviennent la norme dans un monde post-COVID-19, les experts débattent de l’adaptation à de nouveaux indices sociaux, de la reconnaissance faciale et même des problématiques de sécurité.

Recherche fondamentale

Pour lutter contre la propagation du coronavirus, l’utilisation de masques faciaux lors de la fréquentation de lieux bondés et clos, est fortement recommandée et obligatoire dans certains pays européens. Nous entrons dans l’ère du masque facial, et cela pour un laps de temps indéterminé.

Un futur sans visage

Porter des masques affecte l’expression humaine et le contact, à une époque où nous scrutons avec inquiétude le visage de l’autre à la recherche d’une marque de solidarité, d’optimisme, voire de danger. Nous aimons lire sur les visages pour évaluer les expressions, et maintenant, les masques dissimulent tous ces indices. «Il ne vous reste vraiment que les yeux. Et pour certaines personnes, il peut être difficile de porter ces jugements hâtifs qu’ils affectionnent tant, même s’ils se trompent,» a déclaré Leslie Zebrowitz, professeure de psychologie qui étudie la perception faciale à l’Université Brandeis, aux États-Unis, dans un article de «The Washington Post». «Nous sommes plus à l’aise lorsque nous nous sentons capable d’évaluer à quoi ressemble l’autre». Les gens se raccrochent également aux indices émotionnels pour survivre. «Lorsque vous voyez un visage, vous faites deux choses à la fois. Vous essayez de deviner l’identité de la personne: Est-ce que je la connais? Comment je la connais? Et vous essayez de lire ses émotions,» a déclaré Eilidh Noyes,maîtresse de conférences en psychologie cognitive à l’Université de Huddersfield, dans le nord de l’Angleterre, pour «CNN». «La prise de conscience émotionnelle est importante dans une perspective évolutive puisqu’elle nous permet de mesurer la menace et peut aussi faciliter les interactions sociales positives. C’est aussi vrai tant pour les personnes que nous connaissons, que pour celles que nous n’avons jamais rencontrées».

Se dissimuler derrière le masque

«Le problème majeur rencontré par les gens qui portent un masque est le très grand nombre de personnes se couvrant soudainement le visage», a indiqué Francis Dodsworth, professeur associé en criminologie à l’Université Kingston de Londres. «Cela pourrait créer des opportunités pour ceux qui veulent dissimuler leur visage à des fins répréhensibles. Maintenant, ils pourraient éventuellement le faire sans éveiller de soupçon». Dissimuler les visages aura également de vastes conséquences sur le crime et sur la sécurité. «De nombreux témoignages posent déjà problème», a ajouté le docteur Dodsworth. «Même lorsqu’un groupe de personnes est témoin du même crime, l’un verra quelqu’un avec une moustache et un chapeau, tandis qu’un autre verra un individu barbu portant des lunettes de soleil». La reconnaissance faciale est-elle une technologie capable d’identifier avec précision les gens de loin? La docteure Noyes a commenté: «Pour le moment, nous ne savons pas exactement de quelle manière les masques faciaux vont nuire à l’exactitude de l’identification des visages par l’homme ou par le biais d’algorithmes». Elle poursuit: «Je pense qu’il est important de préciser que si nous trouvons des assertions pour un algorithme spécifique, nous ne devons pas ensuite l’appliquer à tous les algorithmes dans la mesure où ils disposent chacun de leurs propres forces et faiblesses. Nous devons encore mener de nombreuses recherches». « Pour des raisons de survie, vous devez connaître les intentions de la personne que vous rencontrez. Ne pas pouvoir le faire facilement rendra naturellement les gens plus prudents et plus défensifs, ce qui pourrait, dans certains cas, conduire malheureusement à de violentes confrontations», a déclaré Ian H. Robertson, professeur de psychologie au Trinity College de Dublin. Kate Gray, qui se spécialise dans le traitement des émotions à l’Université de Reading, au Royaume-Uni, estime que l’adaptation à une société sans visage se fera en douceur: «Je pense que nous nous habituerons rapidement à détecter les indices sociaux et émotionnels à partir des indices vocaux ou du langage corporel».

Mots‑clés

COVID-19, coronavirus, masque, visage, interaction sociale