Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un vaccin personnalisé contre le cancer prêt pour les essais cliniques

Le succès de la démonstration de la viabilité d’un vaccin personnalisé contre le cancer a ouvert la voie aux essais cliniques et à une commercialisation éventuelle.

Santé

Les vaccins personnalisés contre le cancer sont désormais possibles grâce aux améliorations majeures du séquençage génomique. Cette technique a permis aux scientifiques de mieux comprendre les mutations spécifiques au cancer, ouvrant potentiellement la voie à davantage de cibles pour le traitement. «Cette possibilité n’existait même pas il y a 10 ans, quand nous ne pouvions traiter qu’une seule cible à la fois», explique Fabio Palombo, coordinateur du projet TK-NEO, directeur scientifique de Neomatrix, rattachée au cabinet de recherche italien Takis. «Nous savons maintenant que certaines tumeurs comme le mélanome peuvent avoir jusqu’à 1 000 mutations, qui pourraient servir de cibles pour un vaccin personnalisé contre le cancer.» Des travaux antérieurs menés par Takis ont démontré qu’un vaccin personnalisé contre le cancer était efficace dans des modèles animaux précliniques. Dans les études précliniques, le cancer du poumon humain dans un modèle de souris humanisé a été éliminé dans les 60 jours suivant le traitement. Le vaccin – TK-NEO – est destiné à être utilisé comme vaccination thérapeutique chez les patients atteints de tumeurs solides localement avancées ou métastatiques. Il s’appuie sur les améliorations récentes de la thérapie contre le cancer, apparues avec la découverte que la libération des freins des réponses immunitaires, les soi-disant inhibiteurs du point de contrôle immunitaire, pouvait avoir un impact sur la tumeur. «Nous avons pensé qu’il était possible de stimuler des réponses plus complètes et plus robustes avec un vaccin personnalisé contre le cancer», explique Fabio Palombo. La méthode de production de ce vaccin contre le cancer à base d’ADN spécifique au patient a été sécurisée par un brevet et partagée dans la littérature scientifique. Le défi consiste maintenant à traduire le succès de ces modèles animaux précliniques en clinique. «Ce n’est pas simple et nécessite un investissement de plusieurs millions d’euros», ajoute Fabio Palombo.

Passer aux essais cliniques

Le projet TK-NEO a duré six mois et visait à préparer le terrain pour cette prochaine étape. Cet objectif a été atteint en évaluant la faisabilité d’effectuer de futurs tests et en déterminant le coût du développement clinique ultérieur et de la commercialisation éventuelle. «Le financement nous a permis d’élaborer un plan d’activités viable», note Fabio Palombo. Ce fut un processus complexe, considérant les défis auxquels Takis a été confronté. «Le paradoxe est que, bien que la production pharmaceutique doive souvent être augmentée pour être économiquement viable, nous devons produire des médicaments différents pour des patients différents à plus petite échelle», explique Fabio Palombo. «Nous avons résolu ce problème en concevant une nouvelle infrastructure, en veillant à ce que le processus soit rentable.» Le projet a également aidé l’équipe à identifier et à relever d’autres défis scientifiques et techniques. «Nos efforts actuels sont consacrés à des discussions avec les organismes de réglementation sur les exigences de sécurité pour entrer dans la phase clinique», ajoute-t-il. «Nous avons également abordé les problèmes techniques liés à la faisabilité de la production pharmaceutique.»

Une médecine personnalisée

TK-NEO s’inscrit dans une tendance générale de la médecine vers la médecine personnalisée, qui inclut les traitements contre le cancer. CAR-T est une approche d’immunothérapie notable où les cellules T d’un patient, un type de cellule du système immunitaire, sont modifiées en laboratoire pour attaquer les cellules cancéreuses. «Elle a été initialement développée dans un laboratoire universitaire puis industrialisée par de grandes sociétés pharmaceutiques», explique Fabio Palombo. «De nouvelles avancées dans le séquençage génomique et la science bio-informatique signifient que nous comptons avec confiance sur nos chances de développer une nouvelle approche thérapeutique.» La stratégie de la société, pour progresser, consiste à concéder sous licence la propriété intellectuelle de TK-NEO à une grande société pharmaceutique, une fois les essais cliniques validés. Ces essais démontreront l’applicabilité et la sécurité de l’approche étudiée par la firme.

Mots‑clés

TK-NEO, cancer, mélanome, pharmaceutique, immunothérapie, médecine, vaccin, préclinique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application