Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Entrer dans le vif du sujet concernant la restauration de l’écosystème marin des mers européennes et au-delà

Vu d’un satellite, le «bleu» de notre planète nous rappelle l’abondance de l’eau, une composante unique de notre habitat terrestre. Des actions pilotes multirégionales et multi-habitat, des activités d’information et un club d’entreprises soutiendront l’adoption de solutions fondées sur la nature (SfN) pour que nos mers et nos océans puissent rester sains.

Économie numérique
Changement climatique et Environnement
Société

Les impacts manifestement délétères de l’activité humaine sur les écosystèmes terrestres ont fait l’objet de nombreuses et prolifiques recherches, d’activités d’information et d’élaboration de politiques visant à les préserver et à les restaurer. Les écosystèmes marins et leur dégradation s’avèrent beaucoup moins évidents pour le commun des mortels. Toutefois, les écosystèmes marins disparaissent et se dégradent à une vitesse alarmante en raison d’une combinaison de surexploitation, de pollution, de présence d’espèces invasives et de dommages physiques dans un contexte de climat en rapide évolution. La restauration de l’écosystème, si elle est associée à la réduction des pressions, peut se révéler une SfN efficiente et efficace à ce problème. Le projet MERCES financé par l’UE a dynamisé le domaine naissant des SfN pour la résilience de l’écosystème marin, le point focal de nombreuses initiatives internationales et européennes telles que les Objectifs de développement durable du Programme des Nations unies pour le développement ainsi que la nouvelle stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030.

Tous les écosystèmes sont différents

Les écosystèmes marins, tout comme leurs homologues terrestres, révèlent une incroyable diversité. Le projet MERCES a exploré le potentiel des actions de restauration dans les habitats peu profonds et doux, les habitats durs, y compris les habitats mésophotiques et les habitats des grandes profondeurs européens de la Norvège à la Turquie. Selon le coordinateur du projet ,Roberto Danvaro, et la gestionnaire de projet scientifique, Cristina Gambi: «Nous nous sommes focalisés sur les habitats européens les plus fragiles et les plus vulnérables, notamment les prairies sous-marines, les lits de macroalgues et les forêts de kelp, les affleurements coralligènes, les coraux d’eau froide, les canyons, les monts sous-marins et les fjords de 25 zones pilotes différentes. L’équipe a testé plus de 20 protocoles de restauration dans le cadre de cette approche multirégionale, multi-habitat unique en son genre, visant à soutenir la restauration marine à une plus grande échelle en Europe.»

Vertueux pour l’environnement, les sociétés et les entreprises

Les actions qui font la promotion et qui inspirent des initiatives de politiques, tout en fournissant des cadres juridiques devraient aider à inscrire les activités de restauration à l’agenda de la biodiversité et des SfN. Roberto Danovaro explique: «MERCES rassemble des parties prenantes publiques, privées et industrielles dans le cadre de nouvelles opportunités de croissance bleue. Le Club d’entreprises de MERCES compte plus de 350 membres représentant toutes les parties prenantes concernées, ce qui témoigne de l’intérêt croissant pour les SfN en matière de restauration des écosystèmes marins. Il fournit des outils tels que les lettres d’information centrées sur l’industrie et des séries de webinaires mettant en lumière les opportunités commerciales et économiques de la restauration marine.» Les webinaires commerciaux de MERCES ont enregistré plus de 900 vues dans le monde entier pendant le seul mois de mars 2020, et ont été intégrés au répertoire de webinaires de la Society for Ecological Restoration. L’engagement du public est l’une des priorités de MERCES. Cristina Gambi poursuit: «Outre les ateliers et les nuits européennes des chercheurs, nous avons organisé des événements de science citoyenne et de lecture sur le thème de l’océan destinés aux jeunes étudiants, ainsi que des sessions de formation et des universités d’été pour tester différents protocoles de restauration.» Le consortium a produit plus de 60 publications jusqu’ici, notamment des travaux dans des revues de calibre mondial telles que Science and Nature Ecology & Evolution, qui favorise les échanges autour des multiples implications de la restauration marine en termes de politique, d’économie et de bien-être.

Avancer par-delà les océans

MERCES a prouvé que la restauration écologique marine n’est pas seulement possible, mais qu’elle doit également être encouragée dans le contexte des politiques, des incitations économiques ainsi que de nouvelles opportunités d’emploi; et l’initiative a clairement identifié les méthodologies pour le développement d’une activité de restauration. Les résultats soutiennent le pacte vert pour l’Europe et sa nouvelle stratégie en faveur de la biodiversité. Ces résultats contribuent globalement aux initiatives Decade on Ecosystem Restoration et Decade of Ocean Science for Sustainable Development des Nations unies, démarrant toutes deux en 2021. Roberto Danvaro et Cristina Gambi concluent: «Le projet MERCES a ouvert de nouvelles frontières pour la restauration écologique des écosystèmes marins en Europe et au-delà, pour aider et accompagner la transition de nos sociétés vers un avenir durable.» Une carte rétrospective intégrant de magnifiques photos sous-marines devrait tous nous inciter à rejoindre ce mouvement important de restauration des écosystèmes océaniques.

Mots‑clés

MERCES, restauration, écosystème, marin, habitat, mer, biodiversité, écologique, coraux d’eau froide, prairies sous-marines, macroalgues, kelp, Society for Ecological Restoration, solutions fondées sur la nature (SfN), pacte vert pour l'Europe

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application