Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un nouveau système aide à prédire et à prévenir la fragilité des personnes âgées

Les personnes âgées sont susceptibles de se retrouver dans un état de fragilité, mais il est difficile d’évaluer les risques et de prévenir l’éventuelle détérioration de leur état. Un nouveau système identifie les patients à risque et donne des conseils individuels pour favoriser un vieillissement sain et actif.

Économie numérique
Société

Les personnes âgées ont souvent besoin de soins médicaux conséquents, et particulièrement coûteux. Sachant qu’elles représentent une part grandissante de notre société, les coûts croissants de leurs soins pourraient bientôt devenir inabordables. Les personnes âgées sont en particulier sujettes à la fragilité. Cela se traduit par un affaiblissement physique progressif, qui les rend plus vulnérables aux maladies et qui est associé à un déclin similaire des facultés mentales. Il est possible, dans une certaine mesure, d’éviter cette situation de fragilité, bien que les méthodes d’évaluation actuelles ne tiennent pas compte des signes avant-coureurs et qu’elles s’avèrent relativement inefficaces pour identifier les patients à risque. En outre, les critères de diagnostic sont axés sur la condition physique et négligent les aspects non physiques. Ce constat reste valable même si certains indices suggèrent qu’il existe une forte interaction entre les fragilités cognitives et physiques.

Identifier les facteurs de risque

Les chercheurs du projet my-AHA, financé par l’UE, estiment que la prévention est préférable au traitement et que l’identification des patients à risque pourrait être améliorée. Le projet a mis au point une meilleure méthodologie de détection des risques, qui a abouti à un nouvel indice de fragilité cumulée. La méthodologie d’évaluation combine des appareils classiques de surveillance de l’état physique et des outils TIC développés par my-AHA. Le système fournit une évaluation personnalisée et des stratégies d’intervention visant à favoriser une vie active et indépendante chez les personnes âgées. Les utilisateurs sont équipés d’un bracelet de contrôle qui se connecte à un smartphone sur lequel sont lancées plusieurs applications de fitness populaires. Le Dr Alessandro Vercelli, coordinateur du projet, explique: «Grâce au bracelet et aux interactions des patients avec les applications, le système recueille et intègre une énorme quantité de données sur les différentes composantes de la fragilité.» Il s’agit notamment des facteurs physiques et cognitifs, ainsi que des marqueurs psychologiques de la dépression, des facteurs nutritionnels et de la connectivité sociale du patient. La partie principale du système est le middleware développé par my-AHA, qui intègre des informations provenant de diverses plateformes, existantes et futures. À l’aide de ce logiciel, les chercheurs ont développé et testé de nouveaux modèles qui prédisent le risque de se retrouver dans un état de fragilité. L’équipe a ainsi conçu un indice cumulé de fragilité, nettement amélioré. Cet indice a été validé dans le cadre d’une vaste étude à laquelle ont participé plus de 200 personnes, sélectionnées parmi plus de 4 600 candidats provenant de sept pays de l’UE, ainsi que du Japon et de l’Australie. «Nos résultats seront bientôt publiés dans des revues internationales à comité de lecture», ajoute Alessandro Vercelli. «Nous ne pouvons pas divulguer les données avant leur publication». Il a toutefois confirmé que le système fonctionnait et qu’il pouvait aider les personnes âgées à vivre de manière autonome.

Des recommandations personnalisées

En se basant sur le nouvel indice, le système recommande diverses interventions personnalisées. Il peut s’agir de modifications de l’alimentation, des habitudes de sommeil, de l’activité physique et cognitive ou des interactions sociales. L’équipe a consacré une attention considérable aux moyens de préserver la motivation et l’adhésion des patients et d’aider les utilisateurs à suivre les recommandations du système. Elle travaillera avec les principales parties prenantes, notamment les autorités sanitaires, les organisations non gouvernementales et les entreprises, afin de démontrer l’efficacité du système my-AHA dans le cadre de l’assistance aux personnes âgées. Celui-ci réduit les besoins en matière d’hospitalisation et de maisons de santé, tout en retardant l’apparition de la fragilité. Cela contribue à favoriser le bien-être et la qualité de vie pour les personnes âgées, tout en permettant d’économiser des milliards d’euros en coûts médicaux. Les chercheurs vont également adapter le système à d’autres situations. Il pourrait par exemple s’avérer utile pour surveiller et assister le rétablissement des patients à la suite de divers déboires et maladies.

Mots‑clés

my-AHA, fragilité, personnes âgées, patients à risque, suivi, prévention, intervention personnalisée

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application