Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un moyen moins stressant de surveiller l’érythème chez le chien

Un nouvel appareil portable peut facilement surveiller l’apparition d’érythème sur la peau du chien, signe révélateur d’une maladie sous-jacente. Le chien est ainsi en meilleure santé et plus heureux.

Recherche fondamentale

Plus de la moitié des ménages européens hébergent un chien dans leur foyer. Mais la possession d’un chien entraîne des responsabilités, qui incluent souvent une visite chez le vétérinaire. Selon Blaž Cugmas, chercheur à l’Université de Lettonie et coordinateur du projet DogSPEC, financé par l’UE, 5 des 10 raisons les plus courantes de se rendre chez le vétérinaire incluent un érythème, une rougeur de la peau. «La surveillance de l’érythème cutané dans le temps est un outil de diagnostic essentiel», dit-il. «Malheureusement, comme les chiens sont couverts de fourrure, cette rougeur est difficile à observer et aucune méthode n’existe actuellement pour estimer objectivement l’intensité d’un érythème.» Avec le soutien du programme actions Marie Skłodowska-Curie, le projet DogSPEC vise à changer cela en développant un appareil d’imagerie multispectrale portable et rentable pour surveiller la présence d’érythème sur la peau des chiens.

De nouveaux outils innovants

Bien que régulièrement utilisée en médecine humaine, la biophotonique, utilisant des outils tels que des caméras, des oxymètres de pouls et des thermomètres infrarouges, est rarement utilisée par les vétérinaires. «Pour surveiller la fréquence cardiaque et la saturation en oxygène du sang, l’oxymètre de pouls doit être placé sur la langue de l’animal, à cause de leur pigmentation et de leur pilosité importantes», explique Blaž Cugmas. «Comme cela ne peut être fait que lorsque l’animal est inconscient, nous avons étudié des moyens de prendre des mesures sur des sites comme la patte et la queue qui sont accessibles sur un chien conscient.» Pour prendre ces mesures, l’équipe interdisciplinaire du projet a développé plusieurs nouveaux outils innovants pour remplacer l’évaluation visuelle de l’érythème. Un de ces outils est un dispositif multispectral proche infrarouge qui, via un smartphone, peut détecter des pics d’absorption supplémentaires d’hémoglobine. Le projet a également travaillé sur un dispositif d’acquisition multimodale d’images multispectrales et fluorescentes visibles et de données multispectrales dans le proche infrarouge. Ce dispositif, qui fonctionne également via un smartphone, fournit une estimation de l’intensité de l’érythème en calculant un indice d’érythème.

Trouver de nouvelles façons d’appliquer les techniques médicales humaines à la science vétérinaire

Le projet DogSPEC a réussi à identifier de nouveaux sites de mesure pour l’utilisation d’un oxymètre de pouls sur des chiens conscients. «Nous avons créé un système optique abordable et accessible qui utilise un smartphone et un dermatoscope pour faire des estimations objectives de la gravité de l’érythème», ajoute Blaž Cugmas. «Ensemble, ces réalisations se traduiront par de meilleurs soins vétérinaires et, surtout, des chiens qui pourront bénéficier des techniques établies de manière moins stressante.» L’équipe du projet a récemment reçu deux subventions de recherche locales pour poursuivre ses travaux. «Je suis convaincu que dans deux ou trois ans, nous produirons des résultats encore plus utiles dans l’utilisation de la biophotonique en médecine vétérinaire, contribuant ainsi à une meilleure médecine vétérinaire et à l’amélioration de la santé animale», conclut Blaž Cugmas.

Mots‑clés

DogSPEC, chien, érythème, vétérinaire, imagerie multispectrale, techniques biophotoniques, oxymètre de pouls, sciences vétérinaires

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application