Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Déplacer le bétail en Hollande à l’âge du fer et à l’époque romaine

Le bétail était autrefois constitué d’animaux d’élevage essentiels à l’économie humaine. Une initiative de l’UE a analysé son utilisation et sa mobilité aux Pays-Bas pour recueillir des informations précieuses sur les sociétés de l’âge du fer et de l’époque romaine.

Société

Le bétail a toujours joué un rôle crucial aux Pays-Bas. Il a soutenu l’agriculture arable grâce à la traction et au fumier, fourni de la nourriture sous forme de viande et de produits laitiers, et fourni aux sociétés des matières premières pour les vêtements et les objets. Le projet MoMa, financé par l’UE, a étudié l’utilisation du bétail aux Pays-Bas de l’âge du fer à la période romaine (de 750 av. J.-C. à 450 apr. J.-C.). «En étudiant les développements à long terme dans la gestion et la mobilité du bétail, et les interactions entre les communautés autochtones et les nouveaux arrivants, nous pouvons mieux comprendre comment la transmission culturelle fonctionne», explique Umberto Albarella, le coordinateur du projet. Cette recherche a été entreprise avec le soutien du programme Marie Skłodowska-Curie.

Analyse de la mobilité du bétail à l’âge du fer et à l’époque romaine

Les chercheurs ont étudié les changements entre les sociétés de l’âge du fer et romaines aux Pays-Bas et comment celles-ci ont été affectées par différents facteurs comme l’environnement, l’utilisation du paysage, le commerce et les organismes économiques et politiques. MoMa a initié un dialogue ciblé entre différents chercheurs étudiant la contribution des animaux à la diversité culturelle dans différentes régions de l’Empire romain. L’étude de l’équipe de recherche sur l’exploitation du bétail aux Pays-Bas s’est appuyée sur des travaux similaires réalisés en Grande-Bretagne. Les différences et les similitudes entre les deux ont ensuite pu être examinées. Le projet a introduit davantage de collaboration internationale sur un sujet de recherche particulièrement adapté à une étude sur une grande échelle géographique. Les résultats ont été présentés lors de conférences internationales et un article a été publié dans une revue scientifique à comité de lecture. D’autres articles sont également en cours de préparation.

Établir les origines locales et non locales du bétail

L’équipe du projet MoMa a réalisé une analyse isotopique des dents de bovins pour démontrer que le degré de mobilité du bétail dépend beaucoup du type d’utilisation du site. L’analyse d’un site rural a montré une diminution de la mobilité entrante lors du passage de l’âge du fer à la période romaine. «Nous sommes désormais plus conscients du rôle que jouent les différents types de sites archéologiques dans l’organisation des communautés humaines et, par conséquent, de la diversité de leurs témoignages archéologiques», commente Maaike Groot, boursière Marie Skłodowska-Curie. Bien que l’analyse ait spécifiquement porté sur l’étude de cas néerlandaise, elle offre des implications interprétatives plus larges. «Compte tenu de l’incroyable intensité commerciale qui caractérisait la période romaine, cela peut être surprenant», poursuit Maaike Groot. «Cependant, cela peut s’expliquer par le fait que la majorité de la mobilité concernait des sorties d’un site rural romain, parce que le bétail était élevé localement pour être exporté ailleurs.» À l’inverse, la mobilité entrante était élevée sur un site urbain romain, ce qui révèle la complémentarité de ces types de sites. En ce qui concerne la mobilité entrante, les animaux étaient déplacés des zones rurales vers les zones urbaines. «Le projet MoMa a souligné la nécessité d’étudier notre relation passée avec les animaux dans une perspective internationale et interdisciplinaire», conclut Umberto Albarella. «Nous avons fourni des témoignages précieux sur la nature de la transmission culturelle au cours de la transition de l’âge du fer à la période romaine et au-delà.»

Mots‑clés

MoMa, Romain, bétail, mobilité, âge du fer, Pays-Bas, animal, élevage, rural, transmission culturelle, urbain

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application