Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Mécanismes de financement propres à chaque pays en faveur d’investissements viables en matière d’efficacité énergétique

Les nombreux obstacles en tout genre qui entravent les investissements dans le domaine de l’efficacité énergétique en Europe exigent des solutions qui répondent aux besoins de chaque pays. Le projet E-FIX s’emploie à concevoir de telles solutions et les a testées dans six pays d’Europe centrale et orientale et de la région du Caucase.

Énergie

Si la plupart des projets d’efficacité énergétique en Europe se heurtent à des obstacles, la nature de ces obstacles varie généralement d’un pays à l’autre. Alors que certains pays ne disposent pas des cadres juridiques et réglementaires leur permettant de mettre en place des mécanismes de financement efficaces dans le secteur de l’énergie, d’autres souffrent d’un manque de sensibilisation auprès des utilisateurs finaux potentiels. D’autres manquent désespérément d’experts en financement de l’efficacité énergétique, tandis que d’autres tirent parti des prix bas des combustibles fossiles, rendant de ce fait l’énergie propre tout simplement intéressante. Le projet E-FIX (Developing and transferring an innovative Energy FInancing miX in order to activate private sector finance for increased investments in sustainable energy projects) a été mis en place pour assurer la prise en compte de ces différences. En Arménie, en Autriche, en Croatie, en Tchéquie, en Géorgie et en Pologne, le consortium a aidé les parties prenantes à trouver des mécanismes de financement appropriés et innovants. «Nous avons identifié les mécanismes les plus pertinents – leasing, contrat de performance énergétique ou financement participatif – et avons mené des projets pilotes dans chaque pays», explique Andreas Karner, chef de l’équipe «énergie et environnement» à ConPusUltra et coordinateur du projet E-FIX. Dans chaque pays, le consortium du projet a poursuivi trois objectifs. Dans un premier temps, les membres du consortium ont cherché à assurer une réserve permanente de projets au-delà de 2020. Ils ont ensuite prévu de mettre en place des centres de compétence dans le domaine du financement de l’énergie. Ces centres disposeront du savoir-faire en matière de financement de l’efficacité énergétique et assureront la poursuite du projet à la fin de celui-ci. Enfin, l’équipe a travaillé à l’élaboration de plans d’action nationaux visant à promouvoir l’efficacité énergétique et à accroitre la visibilité des différents mécanismes de financement disponibles. Dans le cas de la Géorgie, le consortium teste actuellement le «leasing énergétique». «Notre partenaire local a mis en place un mécanisme complet de location d’équipements énergétiques. Ce paquet tout-en-un met à la disposition du secteur privé des équipements efficaces sur le plan énergétique et qui servent à la production d’énergie renouvelable. Les plateformes de leasing en Géorgie sont de plus en plus professionnelles et commencent à offrir un plus large éventail de possibilités de financement», explique Andreas Karner. Grâce à son important potentiel commercial, le leasing a été sélectionné pour être testé et mis en œuvre, bien qu’il n’ait jamais été envisagé jusqu’à présent dans le cadre de projets énergétiques en Géorgie. L’équipe a identifié plusieurs types de projets pilotes pertinents. Ceux-ci couvrent les équipements et engins de chantier, les machines agricoles, les engins de travaux routiers, les lignes de production mobiles, les machines de transport et les technologies d’énergie renouvelable. Au total, le pays a jusqu’à présent identifié environ 30 projets pilotes candidats, dont la valeur d’investissement totale s’élève à environ 5 millions d’euros.

Aller plus loin que le cycle de vie du projet

Dans tous les pays, l’équipe du projet a invité les parties prenantes à examiner ensemble la situation du marché local de l’efficacité énergétique au niveau national. Ils ont identifié les défis, les lacunes, les obstacles et les opportunités rencontrés, et ont produit des rapports propres à chaque pays. «Globalement, je dirais que les aboutissements les plus importants sont l’élaboration de matériel de formation ainsi que la formation d’ambassadeurs chargés de veiller au renforcement du savoir-faire au niveau national. Nos modules de formation couvrent la didactique, le financement participatif, le leasing, le contrat de performance énergétique et le financement de projets. Au total, 95 ambassadeurs ont déjà rejoint notre plateforme d’ambassadeurs», ajoute Andreas Karner. «De plus, nous disposons désormais d’une réserve de projets dans les six pays partenaires pour ces différents instruments, dont un projet de rénovation de l’école internationale de Vienne financé au moyen d’un financement participatif ou encore le remplacement d’appareils de chauffage dans la municipalité de Pokrzywnica par l’intermédiaire de contrats de performance énergétique en Pologne». L’équipe finalise actuellement ses plans d’action nationaux et une feuille de route européenne sur le financement de l’efficacité énergétique. Andreas Karner espère que, à long terme, le recours à des financements innovants pour les projets d’efficacité énergétique gagnera en popularité. «Notre projet contribue à l’élaboration de nouvelles politiques, prépare le terrain pour les investissements, renforce les capacités et les compétences, et favorise les économies d’énergie et la production d’énergies renouvelables. Nous tablons sur un volume d’investissement d’au moins 19 millions d’euros, qui permettra de réaliser des économies d’énergie de l’ordre de16 GWh/an et une production d’énergie renouvelable d’environ 6,3 GWh/an», conclut-il.

Mots‑clés

E-FIX, efficacité énergétique, financement, Autriche, Arménie, Géorgie, Croatie, Tchéquie, Pologne, contrat de performance énergétique, leasing, financement participatif

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application