Skip to main content

ARTIFICIAL INTELLIGENCE ENHANCEMENT OF SURGICAL TECHNOLOGY FOR THE REDUCTION OF HUMAN BEHAVIOUR-RELATED SURGICAL ACCIDENTS

Article Category

Article available in the folowing languages:

Réduire le risque d’erreur chirurgicale

Les nouvelles technologies entendent réduire le risque d’erreur chirurgicale en combinant l’utilisation de l’intelligence artificielle et des systèmes de neurosurveillance intra-opératoire.

Économie numérique
Santé

L’erreur humaine constitue un facteur majeur de risques chirurgicaux. En effet, selon une étude réalisée en 2019 par la revue JAMA Network Open, plus de la moitié des événements indésirables ou dangereux se produisant suite à une intervention chirurgicale découlent d’erreurs humaines, et près de la moitié de ces dernières sont de nature cognitive. Dans la mesure où il existe une corrélation directe entre le niveau de formation et de confiance et le résultat d’une opération chirurgicale, le projet BESAFE, financé par l’UE, s’est fixé pour objectif d’optimiser les technologies chirurgicales. Pour y parvenir, il emploie l’intelligence artificielle (IA) afin d’identifier et de signaler les procédures à haut risque, sur la base d’analyses en temps réel des schémas comportementaux de l’utilisateur. L’objectif spécifique du projet était de réduire le risque d’accidents intra-opératoires à l’aide d’un module logiciel qui incorpore l’IA dans les systèmes de surveillance intra-opératoire (ION pour intraoperative neuromonitoring). Les systèmes ION constituent des dispositifs chirurgicaux qui alertent les chirurgiens concernant des dommages en cours sur des nerfs, leur permettant ainsi de modifier rapidement la procédure et d’éviter de causer des dégâts irréparables.

Les enseignements du comportement individuel

Le projet BESAFE s’appuie sur les travaux menés par le projet IBSEN FET financé par l’UE, qui a développé des outils d’IA reposant sur des algorithmes d’apprentissage automatique non dirigés visant à mettre en évidence des schémas de prise de décision humaine. En intégrant l’IA développée dans le cadre du projet IBSEN FET au logiciel BESAFE, le projet espère être en mesure de prévenir les accidents chirurgicaux. «L’objectif du logiciel est d’apprendre du comportement des utilisateurs par la biais des systèmes ION et des résultats des interventions chirurgicales», indique un porte-parole du projet. «Il utilisera par la suite ces connaissances afin de détecter automatiquement les actions à haut risque des membres de l’équipe chirurgicale se trouvant en salle opératoire.» BESAFE est unique, au sens où il évalue les pressions de l’utilisateur sur l’écran tactile du système afin d’estimer la probabilité d’accidents humain impliquant la technologie ION.

Ouvrir la voie à de nouvelles opportunités

Le concept BESAFE a été évalué grâce à une maquette d’application. À partir de cette évaluation, les chercheurs ont confirmé que le fait d’incorporer l’IA dans une interface utilisateur pilotée par écran tactile permettait de distinguer les utilisateurs opérant sous une charge cognitive inadéquate, ainsi que ceux présentant un état de stress prononcé ou ne disposant pas d’une formation suffisante. «Ceux qui utilisent l’écran tactile en suivant certains schémas sont reconnus par le module logiciel amélioré par l’IA comme présentant un risque élevé, et des mesures sont mises en place pour anticiper et éviter les accidents», ajoute le porte-parole du projet. Sur la base de ces découvertes positives, les chercheurs ont développé un plan d’affaires complet afin de commercialiser la solution. «Ce projet a ouvert la voie à de nouvelles opportunités, non seulement d’un point de vue industriel, mais également en tant qu’axe passionnant de recherche pour le milieu académique», a conclu le porte-parole. «Nous avons établi une feuille de route pour le développement du produit fini, route au bout de laquelle les patients bénéficieront d’une amélioration de leur bien-être.»

Mots‑clés

BESAFE, neurosurveillance intra-opératoire, intelligence artificielle, IA, interventions chirurgicales, chirurgiens, apprentissage automatique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application